L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Discussion:AFN Precurseurs : Différence entre versions

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.
 
Ligne 2 : Ligne 2 :
  
 
Ou alirs cette page s'appelerai A.F.N. ITALIE ?? sais po !! mais faut faire qqchose.. il me semble. A +
 
Ou alirs cette page s'appelerai A.F.N. ITALIE ?? sais po !! mais faut faire qqchose.. il me semble. A +
 +
 +
[[Utilisateur:Bertrand bouret|Bertrand]] 16 fév 2005 à 19:56 (CET) La chose est en fait trés compliquée. Bien avant la conquête, il existait dans les 3 pays de fortes implantations étrangères. Les comptoirs comme Le Bastion de France ou celui de Tabarka, créés officiellement avec accords et décrets entre états.
 +
Il y avait aussi cette notion d'esclavage, complètement à l'opposé de celle des Américains. En Algérie ou en Tunisie, esclavage signifiait simplement "perte de liberté".Les esclaves avaient une valeur marchande et étaient bien traités pour la conserver. On leur interdisait même de se convertir à l'islam, ce qui faisait d'eux des sujets ordinaires sans valeur marchande ou pire, des renégats, qu'en cas de capture, on leur proposait d'échanger contre des captifs chrétiens.
 +
Il y a beaucoup de boulot sur le chapitre.

Version du 16 février 2005 à 18:56

WebSahib 16 fév 2005 à 18:08 (CET) Question bête , les précurseurs sont-ils à leur place ? AFN et les pays Européens est la rubrique de base, je crois.. A vrai dire il me semble que cela serait peut être judicieux de lier cette approche (extrèmement intéressante) à un espace à créer du genre A.F.N. en 1830 Peuplement peut être ? qu'en penses-tu ?

Ou alirs cette page s'appelerai A.F.N. ITALIE ?? sais po !! mais faut faire qqchose.. il me semble. A +

Bertrand 16 fév 2005 à 19:56 (CET) La chose est en fait trés compliquée. Bien avant la conquête, il existait dans les 3 pays de fortes implantations étrangères. Les comptoirs comme Le Bastion de France ou celui de Tabarka, créés officiellement avec accords et décrets entre états. Il y avait aussi cette notion d'esclavage, complètement à l'opposé de celle des Américains. En Algérie ou en Tunisie, esclavage signifiait simplement "perte de liberté".Les esclaves avaient une valeur marchande et étaient bien traités pour la conserver. On leur interdisait même de se convertir à l'islam, ce qui faisait d'eux des sujets ordinaires sans valeur marchande ou pire, des renégats, qu'en cas de capture, on leur proposait d'échanger contre des captifs chrétiens. Il y a beaucoup de boulot sur le chapitre.