L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Historique Assi-ben-Okba - Ville

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Révision datée du 9 mars 2011 à 20:35 par Gerardgiraud (discussion | contributions) (Présence française : Liens internes Assi Bou Nif, Assi-ben-Okba)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.




Ecu vide.gif
Algérie drapeau.gif
ALGERIE

Assi-ben-Okba Nom actuel : ?

Historique

Cadre fond.gif
Vise-rep.gif


Retour
Liste des Villes

 

Présence française

1830 - 1962 ALGERIE

Aux 19 communes déja existantes, un décret, en date du 31 décembre 1856, en ajoute 28 dont :

Fleurus et ses annexes : Assi-ben-Okba, Assi-Ameur et Assi-Bou-Nif.

Quelle terre ! Assi-Ben-Okba est en Oranie ; le sol est presque aussi ingrat que dans la Mitidja : « Partout s'étend, envahissante, une garrigue de chênes verts, entremêlés de taches de maquis de thuyas et de brousses de palmiers nains... Le couvert végétal, difficile à traverser en dehors des pistes, cache un sol souvent maigre recouvrant le sous-sol calcaire désagrégé en pierraille ou en blocs qu'il faudra enlever pour cultiver. Il faudra aussi déchausser, à grands coups de pioche, les racines profondes et résistantes des palmiers nains... »

Malgré ces difficultés, ce labeur épuisant, les conditions d'hygiène très sommaires, ces colons sont parvenus à rendre fertile la terre concédée. Peut-on leur en vouloir d'avoir réussi au-delà de toute espérance ? « La colonisation est un rêve », (Bresson administrateur civil en 1835.)

Assi-ben-Obka où les concessions promises sont, « couvertes de chênes verts et de thuyas, asile de bêtes sauvages qui dévoreront nos premières récoltes » (G. Roger).

A Assi-ben-Obka,d'octobre 1849 à février 1850, 9 colons abandonnent.
En 1851, près de la moitié des colons sont morts ou partis. D'autres les remplacent. Ceux qui restent ne seront sauvés que par leur solidarité : ils se prêtent les bœufs pour former des attelages collectifs, organisent des tours de surveillance pour les troupeaux, regroupent les approvisionnements, se distribuent les jours de marché pour écouler les produits sur Oran.
Grâce à cette entraide, ils font les premières vraies récoltes de blé et d'orge en 1852.

En 1862, la surface cultivée a augmenté de 50 %.

En 1878, le village comprend 72 maisons et 320 habitants.

« Mais cette réussite économique ne va pas sans sacrifices et, parfois, ces sacrifices touchent à l'essentiel. La première génération de colons, néglige les études. Il faut vivre, garder les troupeaux, aider les parents aux champs. Vous ne le comprenez pas aujourd'hui parce que vous êtes dans l'aisance, mais l'instruction est un luxe refusé aux pionniers et aux défricheurs. » (G. Roger)

Recherches généalogiques

Nom Actuel

Hassi ben Okba Wilaya d' Oran