L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Salomon de Musis : Différence entre versions

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
[[SUISSE_Legion|Retour]]
  
[[SUISSE_Legion|Retour]]
 
 
Salomon de Musis commandait le 1er bataillon de la légion. A la suite de la malheureuse affaire du 23 mai 1832, où une reconnaissance de 30 légionnaires fut massacrée à une lieue de Maison-Carrée, il passa au 3ème bataillon d'Afrique. Devenu, en 1836, commandant de Bougie, il fut assassiné, le 4 aout, au cours d'une entrevue avec le chef kabyle Amiziane.  
 
Salomon de Musis commandait le 1er bataillon de la légion. A la suite de la malheureuse affaire du 23 mai 1832, où une reconnaissance de 30 légionnaires fut massacrée à une lieue de Maison-Carrée, il passa au 3ème bataillon d'Afrique. Devenu, en 1836, commandant de Bougie, il fut assassiné, le 4 aout, au cours d'une entrevue avec le chef kabyle Amiziane.  
  
 
''Pélissier de Raynaud, Annales Algériennes, liv. XIX, t. II, p. 110.''
 
''Pélissier de Raynaud, Annales Algériennes, liv. XIX, t. II, p. 110.''

Version du 13 février 2005 à 15:06

Retour

Salomon de Musis commandait le 1er bataillon de la légion. A la suite de la malheureuse affaire du 23 mai 1832, où une reconnaissance de 30 légionnaires fut massacrée à une lieue de Maison-Carrée, il passa au 3ème bataillon d'Afrique. Devenu, en 1836, commandant de Bougie, il fut assassiné, le 4 aout, au cours d'une entrevue avec le chef kabyle Amiziane.

Pélissier de Raynaud, Annales Algériennes, liv. XIX, t. II, p. 110.