Historique Tébessa - Ville

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : Navigation, rechercher


Algérie drapeau.gif
ALGERIE

Tébessa

Historique

Cadre fond.gif
Vise-rep.gif

Visiter la Documentation PN sur {{{doc}}}

Retour
Liste des Villes

 

Sommaire

Situation

Tébessa, située au Nord du Djebel Doukhane, s'élève à 960 m d'altitude, cette ville de l'Algérie orientale, se trouve au pied des monts de Tébessa qui se prolongent en Tunisie. Frontière à 40 km

Histoire ancienne

Ville municipe et siège du quartier général de la IIIe Légion Romaine sous Vespasien et cité prospère avec Claude, Tébessa mérite que l'on s'y attarde. Son forum, dont restaient quelques infimes vestiges, atteste bien le niveau de la gestion collective de ses affaires courantes.

Le culte, aussi, trouve sa part dans la vie active des Thévestins ; il nous lègue une structure d'environ deux hectares de superficie : la basilique chrétienne. Abbaye, d'abord, puis monastère, elle devint Basilique après l'édit de Milan, décrété, en 313 par l'empereur romain Constantin qui officialisa le christianisme dans Rome et son empire. Les païens de la cité répliquèrent, alors, par la construction du temple de tous les Dieux, communément appelé Temple de Minerve, déesse de la sagesse.

L'autre joyau qui embellit la ville demeure l' Arc de Triomphe. Son maître d'ouvrage, est un riche Thévestin, Caïus Cornelius Egrilianus.

Tébessa est l'antique Theveste, qui aurait été déjà une ville important au IIIe s. avant notre ère. La 3e légion Auguste y eut son quartier général dés le 1er siècle (an 75) après avoir été à Ammoedara (Haidra en Tunisie) et avant d'être transférée à Lambèse. Theveste fut érigée en colonie, probablement sous Trajan ; elle comptait alors 30.000 hab. Éprouvée par les troubles religieux et sociaux du IVe s., elle fut pillée mais non détruite par les Vandales au Ve s. Occupée et relevée en 535 par les soins de Solomon, général de Justinien, qui la mit à l'abri de sa muraille byzantine, elle put vivre encore quelques siècles ; elle n'en tomba pas moins sous le joug des Maures : des Berbères en 597 et des Arabes en 682. Elle subit dès lors les destinées de cette partie de l'Afrique.

Présence turque

1515-1830

Au temps des Turcs, Tébessa était occupée par une petite garnison de janissaires, mais les véritables maîtres de la région étaient les Nemencha, forte et belliqueuse tribu de Berbères arabisés comme les Hanencha, leurs voisins du Nord et les Harakta, leurs voisins de l'0uest. Après la prise de Constantine, la garnison turque s'enfuit en Tunisie

Malgré la fuite de cette dernière après la prise de Constantine 1837, Tébessa, qui faisait partie du Beylik de Constantine, n'est occupée par les Français qu'à partir de 1851.

Présence française

1830-1962 ALGERIE

C'est au milieu des ruines de Theveste, vers la partie Sud-0uest que s'élève la ville actuelle de Tébessa, incluse dans la citadelle bâtie par Solomon.

L'enceinte de cette citadelle, encore debout (restaurée par les services du Génie), est une muraille très haute, épaisse de 2 m. longue de 320 m. au Nord et au Sud, de 280m à l'Ouest et à l'Est, et percée de quatre portes :

au Nord : Bab-el-Kedima, la Vieille porte ou arc de triomphe de Caracalla
à l'Ouest : la porte de Constantine
à à l'Est : la Porte de Salomon
au Sud, une porte bâtarde près de la tour de l'horloge.

Treize tours carrées flanquent cette enceinte. Un chemin de ronde, auquel on accède par des escaliers, permet aux touristes d'embrasser le panorama des environs de Tébessa.

Commune de plein exercice

La commune moderne avec ses infrastructure est créée en 1852 dans le département Constantine arrondissement de Batna

Routes et Chemin de fer :terminus d'une ligne venant de Souk-Ahras, Duvivier et Bône et correspondance onze fois par jour avec le Kouif - Ressources fôrestières et minières - Important centre artisanal de tapis

Dans l'église moderne, on remarquera des matériaux provenant de ancienne basilique chrétienne (Rome chrétienne) : un sarcophage qui sert d'autel, avec des sculptures d'une exécution barbare; les colonnes du ciborium qui le surmontent ; les niches de la Vierge et de Saint-Joseph ; les colonnes à l'entrée du choeur, avec leurs chapiteaux et leurs corbeaux ; les chapiteaux posés sur les fausses colonnes de la nef avec les monogrammes du Christ qui les surplombent. Les autres ornements de style ancien sont des moulages de pièces authentiques.

Les fouilles françaises 1945

A Tébessa, M. Serrée de Roch poursuit les fouilles des galeries souterraines découvertes en 1944 dans le sous-sol de la grande Basilique Chrétienne. Les travaux sont lents et difficiles, les galeries ayant été obstruées volontairement et même maçonnées.
Le point atteint se trouve sous la chapelle tréflée dont l'origine et le caractère ont donné lieu à bien des controverses. On peut espérer que les travaux en cours apporteront une solution a des questions posées depuis longtemps et restées jusqu'ici sans réponse.
Ces galeries, ont, en tout cas, servi de lieu de sépulture On y trouve des tombes murées dans les parois et dans le sol, et une belle crypte à trois absides avec des sépultures : deux dans le sol, couvertes d'une dalle avec inscription, plusieurs en élévation et formant autel en face de l'entrée. Cette crypte est à plus de 8 mètres sous terre. Elle est éclairée par le haut : un regard s'ouvre au sommet de la voûte. La nature de ce monuments oblige à prendre des mesures de sécurité et de protection indispensables, mais onéreuses, et difficiles à réaliser à l'heure actuelle

Recherches généalogiques


Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Aidez-nous !
Chantier
Accès direct
Rédacteurs
Les entrepôts en travaux !
Les sites de NJ
Boîte à outils