Colonisation - Destructions

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Version du 10 novembre 2007 à 10:40 par Bertrand bouret (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

ALGER

Il suffit de se pencher sur un plan d'Alger pour voir la différence entre les tracés des rues de la Kasbah et de la basse ville. Entre la mer et la rue de la Lyre, la ville originelle a été presque entièrement rasée.

Comme au départ, il s'agissait d'une simple expédition destinée à nettoyer un nid de pirates, l'armée a trouvé beaucoup plus simple d'utiliser le port qui existait. Gros défaut, les rues d'Alger étaient bien trop étroites pour une armée moderne avec ses canons et ses chariots. Les rues de la Marine, Bab Azzoun et Bab el Oued ont été percées pour permettre la circulation entre le port et les portes de la ville en détruisant toutes les constructions qui gênaient. Même chose pour la place du Gouvernement.

Si dès le départ, la France avait décidé d'occuper l'Algérie, elle aurait créé un port en des lieux plus propices et construit une ville nouvelle autour, sans défigurer le vieil Alger. L'exemple du respect du vieux Tunis donne à le penser.

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Aidez-nous !
Chantier
Accès direct
Rédacteurs
Les sites de NJ
Boîte à outils