L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

1eBEP

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Révision datée du 21 décembre 2007 à 12:27 par Pndoran (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.

Retour


1erBataillon Etranger de Parachutistes

Origine :

1e_BEP_DOM.jpg

Création :
Arrivée en Algérie : 8 février 1955, date où il rejoindra l'Algérie.
Implantation :
Actions/missions : Composition : Au 1er juillet ce sera pas moins de 350 hommes de tous rangs qui se rangeront sous la protection de St.Michel "le saint patron des parachutistes".

350 officiers, sous-officiers et légionnaires parachutistes d'abord sous la protection de leur chef, et célèbre capitaine Segrétain, secondé d'un fidèle adjoint, et capitaine, le non moins célèbre Jeanpierre constitueront le fameux 1er Bataillon étranger de parachutistes, le "1er BEP".

Commandements :
Dissolution :
En Algérie, la Légion se mobilise, sur les nouveaux parachutistes à former, le DCLE, Dépôt commun de la Légion étrangère que les légionnaires appellent "le petit dépôt" intervient dès lors dans la distribution de notes de services appelant au volontariat des légionnaires pour être les parachutistes demandés. Les légionnaires répondant à l'appel de tous les régiments étrangers affluent dès la première journée, le succès ainsi obtenu n'en finira pas...

La vague de légionnaires volontaires déferle sur le terrtoire français d'Algérie, les centres d'entraînement au saut voient le jour, et ce sera le numero 1 de Philippeville qui décernera les premiers brevets parachutistes après 1 mois de formation, d'entraînement, la journée et de sauts aux petits matins. C'est à la fin de la seconde guerre mondiale, que la Légion étrangère adopte l'idée de faire de ces légionnaires; des parachutistes, pour cela il faut des volontaires. Ces volontaires nous les verrons quelque temps après alors que l'Indochine est en guerre et que des effectifs légion sont sur place. Les premiers parachutistes légionnaires issus simplement de d'hommes, légionnaires et volontaires sans connaissance du ciel, sans brevêt et dont les premiers entraînements n'ont été que sommaires, occasionnant chutes, entorses et parfois la perte du légionnaire. Les candidats volontaires sont dirigés vers Khamesis, situé à une dizaine de kilometres de Sidi-Bel-Abbes, où pour la première fois, le Groupement d'Instruction Parachutiste, les y reçoit. Les T.A.P à la demande de la Légion vont fournir les éléments formateurs, tant officiers que sous-officiers, pour encadrer les légionnaires et en faire de vrais parachutistes. L'effectif amplifié, jugé satisfaisant après trois mois d'un entraînement intensif, embarque sur le Pasteur en rade de Mers-el-Kébir, le 24 octobre 1948 en direction de l'Indochine. Tandis que les parachutistes quittent cette terre d'Algérie pour rejoindre leurs frères d'armes au combat, au Viet-Nam.

19 mai 1954, le régiment est reconstitué et restera sur le terrain.

De nouveau, il est reconstitué l'année suivante, le 1er mars.