L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

ALGERIE POLITIQUE - Histoire de l'OAS : Différence entre versions

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.
Ligne 2 : Ligne 2 :
  
 
Guy MOLLET cède mais la même situation se reproduit le  
 
Guy MOLLET cède mais la même situation se reproduit le  
[http://www.pieds-noirs.info/pni/article.php3?id_article=56 |13 Mai 1958] où Pierre PFLIMLIN est appelé à gouverner la France et ne cache pas son sentiment d'abandonner l'Algérie. Ce 13 Mai à nouveau ALGER fait plier le gouvernement et l'ampleur des manifestations fait vaciller la 5ème République.
+
[http://www.pieds-noirs.info/pni/article.php3?id_article=56 13 Mai 1958] où Pierre PFLIMLIN est appelé à gouverner la France et ne cache pas son sentiment d'abandonner l'Algérie. Ce 13 Mai à nouveau ALGER fait plier le gouvernement et l'ampleur des manifestations fait vaciller la 5ème République.
  
 
Le Général De Gaulle accède au pouvoir grace au soulèvement de l'ALGERIE mais dans les mois qui vont suivre les Pieds Noirs et l'Armée vont découvrir les ambiguités de la pensée Gaullienne. Dans les diverses mémoires qui ont parues depuis on peut lire que l'Algérie était un "boulet" pour le général De Gaulle et cela contrariait ses desseins d'une politique de "grandeur" pour la France. Pendant 4 ans beaucoup de gens vont mourrir pour une cause perdue, sans le savoir.
 
Le Général De Gaulle accède au pouvoir grace au soulèvement de l'ALGERIE mais dans les mois qui vont suivre les Pieds Noirs et l'Armée vont découvrir les ambiguités de la pensée Gaullienne. Dans les diverses mémoires qui ont parues depuis on peut lire que l'Algérie était un "boulet" pour le général De Gaulle et cela contrariait ses desseins d'une politique de "grandeur" pour la France. Pendant 4 ans beaucoup de gens vont mourrir pour une cause perdue, sans le savoir.

Version du 18 novembre 2005 à 12:17

On peut remonter au 6 Juin 1956. Ce jour là ALGER descend dans la rue pour exprimer son désespoir au Président du Conseil, Guy MOLLET, qui manifestement avait l'intention d'abandonner l'Algérie. Ce jour les Français d'Algérie prennent conscience que le pire peut arriver, c'est à dire l'Exode, et aussi qu'ils représentent une force qui peut faire basculer les destin.

Guy MOLLET cède mais la même situation se reproduit le 13 Mai 1958 où Pierre PFLIMLIN est appelé à gouverner la France et ne cache pas son sentiment d'abandonner l'Algérie. Ce 13 Mai à nouveau ALGER fait plier le gouvernement et l'ampleur des manifestations fait vaciller la 5ème République.

Le Général De Gaulle accède au pouvoir grace au soulèvement de l'ALGERIE mais dans les mois qui vont suivre les Pieds Noirs et l'Armée vont découvrir les ambiguités de la pensée Gaullienne. Dans les diverses mémoires qui ont parues depuis on peut lire que l'Algérie était un "boulet" pour le général De Gaulle et cela contrariait ses desseins d'une politique de "grandeur" pour la France. Pendant 4 ans beaucoup de gens vont mourrir pour une cause perdue, sans le savoir.

Ces ambiguités vont conduire à plusieurs soubressauts :

- les Barricades d'ALGER du 24 Janvier 1960 suite au limogeage du Général MASSU. L'Armée hésite à braver De Gaulle (Challe y croit encore).
- Le PUTSCH d'Alger le 24 Avril 1960. Challe se refuse à utiliser la manière forte.

L'échec du Putsch condamne l'Algérie. C'est évident mais c'est tellement tragique (pour ceux qui ont cru que la France devait rester en Algérie) que le désespoir amène la création de l'OAS, dernier et ultime combat pour conserver l'Algérie à la France.