L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

BERBERES : Différence entre versions

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.
 
(9 révisions intermédiaires par 4 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
Sources : Encyclopédies : Encarta, Universalis et AZ.)
+
[[Catégorie:SOCIETE]]
("Le tout en un" Roger Caratini - Jean Servier "Les Berbères" (Que sais-je?)
 
  
{{CHANTIER}}
+
[[A la fin de la Préhistoire|Retour]]
  
 +
==== La Berbèrie ====
  
'''BERBERE''', mot désignant une partie des habitants du Maghreb. Ils se désignent sous le nom ''d'Imazighen'' (hommes libres). Ce sont essentiellement des ruraux nomades (ou sédentaires), ils sont familiers des régions montagneuses et désertiques.
+
   
 +
En face des rivages de la France, de l'Espagne et de l'Italie, sur les bords méridionaux de la Méditerranée, s'étend une grande région naturelle à laquelle on a donné différents noms.
  
C'est au Maroc qu'ils sont le plus nombreux : dans le Rif, le Moyen-Atlas, le Haut-Atlas. En Algérie, les zones berbères regroupent les Kabyles, les Aurès, les régions sahariennes (Mzab et Hoggar). D'autres groupes moins importants situés dans l'oasis de Siwa (Egypte), l'ile de Djerba en Tunisie et dans quelques villages du Sud Tunisien.
+
Les géographes modernes la qualifient d'Afrique Mineure, d'Afrique du Nord ou encore de Berbérie. Elle s'étend de la Méditerranée au Sahara, de l'Atlantique à la mer des Syrtes.
  
(Jean Servier dit (je cite) " Le terme de Berbère par lequel nous avons l'habitude de désigner les plus anciens habitants de l'AFN est, en fait, un terme inadéquat, puisque dérivé du grec '' Barbaroi'' et, par-delà, du sémitique, puis de l'arabe ''brabra''. Il désigne en premier des gens dont on ne comprend pas la langue. C'est une appellation méprisante donnée par un vainqueur à un vaincu ou par un voyageur sûr d'appartenir à une civilisation supérieure. Ce n'est pas le nom qu'un peuple se donne à lui même."
+
La Berbérie comprend l'Algérie, la Tunisie et le Maroc; ces divisions politiques correspondent à des différences assez notables aussi bien dans les conditions géographiques que dans l'histoire des trois pays.
  
Nous savons peu de choses des ancêtres berbères et la localisation de leur origine est incertaine. Il n'existe pas de race berbère, car ils présentent des groupes ethniques bien divers et politiquement, ils n'ont jamais formé une seule nation.
+
Mais les ressemblances sont beaucoup plus frappantes que les différences ; d'un bout à l'autre de la Berbérie, de Tanger à Tunis, d'Agadir à Gabès, ce sont les mêmes formes de relief, le même climat, les mêmes populations, les mêmes modes de vie. Aussi, toutes les fois qu'une domination quelque peu forte s'est établie en Berbérie, elle s'est étendue à la contrée tout entière. La France n'a pas échappé à cette nécessité et elle a encadré sa colonie d'Algérie entre les deux protectorats de la Tunisie et du Maroc.
  
Les 1ères influences historiques furent celles des Phéniciens et des Grecs, mais ne semblent pas avoir influencé les Berbères. La longue domination Romaine puis Bizantine ne furent pas beaucoup plus efficaces : elles ne s'étendirent jamais à toutes les populations berbères et les tribus soumises s'insurgent souvent.
+
==== Les populations ====
La civilisation romaine ne christianisa et n'assimila qu'une partie très faible des Maghrébins.
 
  
Le Maghreb resta farouchement lui-même.
+
A l'époque de la conquête en 1830, on les appelait les Arabes, ce qui était une erreur. Beaucoup d'entre eux parlent arabe, mais non pas tous; un quart environ, notamment les habitants de la Kabylie, de l'Aurès, du Mzab, du Sahara central, parlent les vieux dialectes berbères, qui appartiennent au groupe des langues dites hamitiques ou protosémitiques, parentes du copte et de certains dialectes de la Nubie et de l'Abyssinie.
  
Leur langage : il existe une multitude de dialectes et de parlers locaux. Ies dialectes, apparentés à un fond commun : la langue berbère. Cette langue est rarement écrite, sauf en pays Touareg, où l'alphabet berbère a été conservé.
+
Au point de vue anthropologique, les indigènes algériens, même ceux qui ont désappris leur vieille langue pour apprendre l'arabe, n'ont rien de commun avec les populations de l'Arabie; les envahisseurs venus d'Asie n'ont pas imposé leur type à la masse. C'est au contraire cette masse qui leur a imposé le sien. Il n'y a donc pas d'Arabes en Algérie, il n'y a que des Berbères plus ou moins arabisés
  
L'art berbère : il a existé un art ou, plutôt, un style berbère dans l'art du Maghreb.
+
Les Berbères pris en bloc se rattacheraient, d'après les anthropologistes, à une race dite hamitique, qui occuperait tout le Nord de l'Afrique, représentée par des groupes importants au cœur du continent africain et dans tout le Sud de l'Europe. Mais, pas plus qu'ailleurs, moins qu'ailleurs peut-être, on ne trouve en Algérie de races pures.
La décoration d'objets quotidiens par des formes géométriques, trouvées sur des poteries, des bijoux et des tapis.(Jean Servier)
 
La musique populaire berbère est d'abord, avant tout, un rythme de travail et de danse.
 
Les chanteurs : on trouve différentes catégories de chanteurs professionnels dont les noms varient d'une région à l'autre et reposent surtout sur le répertoire qui est le leur et la place sociale qu'ils occupent.(Jean Servier)
 
Les Contes : le conte est à l'occident la forme la plus connue de l'expression d'une certaine créativité berbère.(Jean Servier).
 
Il n'y a pas une littérature berbère mais Des Littératures berbères.
 
  
Le folklore est riche et abondant.
+
Si obscures que soient ces questions anthropologiques, un fait demeure établi : la race berbère n'est pas une; elle se compose d'éléments divers ; elle est mixte et mêlée. L'Afrique du Nord est un vaste carrefour qui a reçu, depuis les temps les plus anciens, des émigrants et des conquérants de toutes provenances. Les uns sont venus de l'Orient, les autres de l'Europe, d'autres même du Sahara. Les mélanges et les croisements ont depuis longtemps altéré les différences physiques qui pouvaient exister à l'origine entre les races. Les divers types de bruns et de blonds que nous rencontrons aujourd'hui existaient déjà dans l'antiquité et n'ont été que faiblement modifiés par les invasions historiques, même par l'invasion arabe
  
Leur histoire est marquée depuis le VIIème siècle par la résistance aux Arabes.
+
*Source :HISTOIRE DES COLONIES FRANÇAISES - http://aj.garcia.free.fr/site_hist_colo/livre1/L1p5.htm
 +
  
Ils ont constitué la trame de l'histoire du Maghreb, et en ont été au fil des siècles les principaux acteurs.
+
==== Femmes Berbères ====
  
Leur rôle dans l'évolution de l'Islam a été certain.
+
''[[ Femmes berbères]]''

Version actuelle datée du 6 mars 2008 à 15:55


Retour

La Berbèrie

En face des rivages de la France, de l'Espagne et de l'Italie, sur les bords méridionaux de la Méditerranée, s'étend une grande région naturelle à laquelle on a donné différents noms.

Les géographes modernes la qualifient d'Afrique Mineure, d'Afrique du Nord ou encore de Berbérie. Elle s'étend de la Méditerranée au Sahara, de l'Atlantique à la mer des Syrtes.

La Berbérie comprend l'Algérie, la Tunisie et le Maroc; ces divisions politiques correspondent à des différences assez notables aussi bien dans les conditions géographiques que dans l'histoire des trois pays.

Mais les ressemblances sont beaucoup plus frappantes que les différences ; d'un bout à l'autre de la Berbérie, de Tanger à Tunis, d'Agadir à Gabès, ce sont les mêmes formes de relief, le même climat, les mêmes populations, les mêmes modes de vie. Aussi, toutes les fois qu'une domination quelque peu forte s'est établie en Berbérie, elle s'est étendue à la contrée tout entière. La France n'a pas échappé à cette nécessité et elle a encadré sa colonie d'Algérie entre les deux protectorats de la Tunisie et du Maroc.

Les populations

A l'époque de la conquête en 1830, on les appelait les Arabes, ce qui était une erreur. Beaucoup d'entre eux parlent arabe, mais non pas tous; un quart environ, notamment les habitants de la Kabylie, de l'Aurès, du Mzab, du Sahara central, parlent les vieux dialectes berbères, qui appartiennent au groupe des langues dites hamitiques ou protosémitiques, parentes du copte et de certains dialectes de la Nubie et de l'Abyssinie.

Au point de vue anthropologique, les indigènes algériens, même ceux qui ont désappris leur vieille langue pour apprendre l'arabe, n'ont rien de commun avec les populations de l'Arabie; les envahisseurs venus d'Asie n'ont pas imposé leur type à la masse. C'est au contraire cette masse qui leur a imposé le sien. Il n'y a donc pas d'Arabes en Algérie, il n'y a que des Berbères plus ou moins arabisés

Les Berbères pris en bloc se rattacheraient, d'après les anthropologistes, à une race dite hamitique, qui occuperait tout le Nord de l'Afrique, représentée par des groupes importants au cœur du continent africain et dans tout le Sud de l'Europe. Mais, pas plus qu'ailleurs, moins qu'ailleurs peut-être, on ne trouve en Algérie de races pures.

Si obscures que soient ces questions anthropologiques, un fait demeure établi : la race berbère n'est pas une; elle se compose d'éléments divers ; elle est mixte et mêlée. L'Afrique du Nord est un vaste carrefour qui a reçu, depuis les temps les plus anciens, des émigrants et des conquérants de toutes provenances. Les uns sont venus de l'Orient, les autres de l'Europe, d'autres même du Sahara. Les mélanges et les croisements ont depuis longtemps altéré les différences physiques qui pouvaient exister à l'origine entre les races. Les divers types de bruns et de blonds que nous rencontrons aujourd'hui existaient déjà dans l'antiquité et n'ont été que faiblement modifiés par les invasions historiques, même par l'invasion arabe


Femmes Berbères

Femmes berbères