L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Historique Geryville - Ville : Différence entre versions

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.
Ligne 4 : Ligne 4 :
 
| Pays=ALGERIE  
 
| Pays=ALGERIE  
 
}}
 
}}
 
+
Poste militaire fondé en 1853 par le général Pelissier  près du Ksar d’El Biod sur l’emplacement d’un poste Romain, le fort était entouré d’une haute enceinte avec à ses pieds un groupement de village arabe et quelques maisons européennes formait  une agglomération de 800 à 900 individus.
 
+
Il reçu le nom de « Géryville » en souvenir du colonel Gery  qui, en 1843 avait fait une incursion dans la région avec un détachement militaire.
GÉRYVILLE est située à 323 kilomètres d'Oran, c'est le point le plus central pour se rendre dans les oasis du Sud Oranais.
+
A 1307 mètres d’altitude, dominé par trois monts du djebel Amour, le Bouderga  (1873m), El Bayadh Ouastani (1878m) et Ksell  (2008m) la température varie entre -12° en hiver et + 40° en été.
 
+
Capitale de l’alfa, qui donne un papier de qualité et de renommée mondiale, c’est également la plus vaste commune d’Algérie : près de 50.000 km2.
Chef-lieu d'un cercle dépendant de la subdivision de Mascara, Géryville est une redoute renfermant une caserne, un pavillon d'officiers, des magasins et un hôpital.
+
Le fort construit en 1853 constituait un embryon de ville, mais une ville qui est resté longtemps exclusivement militaire, la colonisation de la région présentant pour de nouveaux arrivants plus d’inconvénients que d’avantages.
 
 
A l'endroit où les troupes de passage établissent leur campement, Si-Hamza, l'ancien khalife des Oulad-Sidi-Cheikh, a fait bâtir une belle maison  non loin de là se trouve le petit village de Géryville, habité par une population d'Européens et d'indigènes.
 
 
 
Le bordj de Géryville fut construit en 1853 sur l'emplacement d'un petit ksar en ruine du nom d'El-Biod, et tient son nom du colonel Géry qui, en 1845, fit le premier son apparition dans cette région, après avoir battu les Oulad-Sidi-Cheikh, commandé par Si-Hamza et forcé Abd-el-Kader à se réfugier au Maroc.
 

Version du 21 octobre 2005 à 19:27

Geryville

geryville.gif
ALGERIE

Geryville
Historique | Etat des lieux à l'arrivée des Européens | Etat des lieux à l'Indépendance
Plans de Geryville | Médiathèque | Quartier Geryville
Population | J'y ai vécu et je raconte | Bibliographie

geryville.gif

Poste militaire fondé en 1853 par le général Pelissier près du Ksar d’El Biod sur l’emplacement d’un poste Romain, le fort était entouré d’une haute enceinte avec à ses pieds un groupement de village arabe et quelques maisons européennes formait une agglomération de 800 à 900 individus. Il reçu le nom de « Géryville » en souvenir du colonel Gery qui, en 1843 avait fait une incursion dans la région avec un détachement militaire. A 1307 mètres d’altitude, dominé par trois monts du djebel Amour, le Bouderga (1873m), El Bayadh Ouastani (1878m) et Ksell (2008m) la température varie entre -12° en hiver et + 40° en été. Capitale de l’alfa, qui donne un papier de qualité et de renommée mondiale, c’est également la plus vaste commune d’Algérie : près de 50.000 km2. Le fort construit en 1853 constituait un embryon de ville, mais une ville qui est resté longtemps exclusivement militaire, la colonisation de la région présentant pour de nouveaux arrivants plus d’inconvénients que d’avantages.