L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Historique Marnia - Ville : Différence entre versions

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.
(historique succint)
Ligne 4 : Ligne 4 :
 
|Pays=ALGERIE
 
|Pays=ALGERIE
 
}}
 
}}
 +
"LALLA MAGHNIA : Aujourd’hui Marnia. Poste militaire construit par les troupes françaises en 1844 dans la zone frontalière algéro-marocaine, dans le département d’Oran, mais revendiquée par Moulay Abderrahmane, sultan du Maroc. Située sur le territoire de Beni Snassen non loin d’Oujda, la ville est formée autour d’une redoute. Le 18 mars 1845, un traité franco-marocain est signé, délimitant officiellement la frontière. Les tractations sont menées par le général de La Rue, accompagné par Léon Roches, son interprète. Tribus et ksour sont séparés de manière artificielle, ouvrant la porte aux conflits ultérieurs. Berceau d’Ahmed Ben Bella, un des 9 chefs historiques du FLN et 1er président de la République algérienne. Le bataillon de marche du 3e REI commandé par le chef de bataillon Girardet s’y installe avec pour mission la sécurité du barrage de Beni Bahdel. Le 5e REI s’y installe en 1956 avec la même mission.Txt CRY"
 
---<br/>
 
---<br/>
 
A l’ouest de Tlemcen , près de la frontière marocaine, Marnia a été édifiée sur l’emplacement d’un poste militaire romain nommé « Numerus Syrorum ».<br/>
 
A l’ouest de Tlemcen , près de la frontière marocaine, Marnia a été édifiée sur l’emplacement d’un poste militaire romain nommé « Numerus Syrorum ».<br/>

Version du 28 novembre 2005 à 09:01

Marnia

marnia.gif
ALGERIE

Marnia
Historique | Etat des lieux à l'arrivée des Européens | Etat des lieux à l'Indépendance
Plans de Marnia | Médiathèque | Quartier Marnia
Population | J'y ai vécu et je raconte | Bibliographie

marnia.gif

"LALLA MAGHNIA : Aujourd’hui Marnia. Poste militaire construit par les troupes françaises en 1844 dans la zone frontalière algéro-marocaine, dans le département d’Oran, mais revendiquée par Moulay Abderrahmane, sultan du Maroc. Située sur le territoire de Beni Snassen non loin d’Oujda, la ville est formée autour d’une redoute. Le 18 mars 1845, un traité franco-marocain est signé, délimitant officiellement la frontière. Les tractations sont menées par le général de La Rue, accompagné par Léon Roches, son interprète. Tribus et ksour sont séparés de manière artificielle, ouvrant la porte aux conflits ultérieurs. Berceau d’Ahmed Ben Bella, un des 9 chefs historiques du FLN et 1er président de la République algérienne. Le bataillon de marche du 3e REI commandé par le chef de bataillon Girardet s’y installe avec pour mission la sécurité du barrage de Beni Bahdel. Le 5e REI s’y installe en 1956 avec la même mission.Txt CRY" ---
A l’ouest de Tlemcen , près de la frontière marocaine, Marnia a été édifiée sur l’emplacement d’un poste militaire romain nommé « Numerus Syrorum ».
Après l’arrivée des arabes, le lieu prend le nom de Lalla Marnia du nom d’une femme réputée pour sa science et sa beauté inhumée dans une Kouba qui existe encore aujourd’hui.
La redoute construite en mai 1844 par les français fut contestée par le sultan du Maroc qui prétendait qu’elle était sur son territoire. Cette contestation conduisit à l’affrontement franco-marocain à la bataille d’Isly, à la victoire de Bugeaud et à la convention dite de « Lalla-Marnia » qui fixa la frontière entre le Maroc et l’Algérie.
La population européenne qui s’installa à Marnia était principalement d’origine espagnole et comprenait surtout des commerçants, la plaine assez insalubre ne se prêtant guère à une culture intensive. Les travaux d’assainissement et une irrigation efficace permettront de développer l’agriculture.
Pendant longtemps sous contrôle militaire, elle passe sous administration civile en 1868.
En 1936 elle comptait 2161 habitants européens et 3259 musulmans.