L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

JUNGER Ernst

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.

Retour




junger.jpg
"Une erreur devient une faute que lorsqu'on ne veut pas en démordre".
Jeune, Jünger était d'un tempérament turbulent, exalté.

Passionné de littérature, rêveur, il aspirait à l'aventure. En 1913, il s'engage à Légion Etrangère et combat à Verdun. Déçu de cette expérience, il tente de partir au Maroc avec l'un de ses comparses mais il est fait prisonnier à Sidi-Bel-Abbès.

Il consacrera un récit à cet épisode de sa vie dans "Jeux africains" (1936).

Il exprimera par ailleurs la fascination et la répulsion que la guerre lui inspire dans les romans "Orage d'acier" (1920), et "Feu et sang" (1925).

Une fois la guerre terminée, il parcourt l'Europe et l'Amérique et se consacre à l’entomologie.

De retour en Allemagne, il s'installe à Berlin comme journaliste politique. Il fréquente alors les milieux nationaux-révolutionnaires. En 1939, il publie "Sur les falaises de marbre", réquisitoire contre le parti nazi. Cependant à la fin de la guerre, ses premiers textes lui valent des acccusations quant à son influence sur la montée du national-socialisme. Jünger sera cependant une victime de la Gestapo tout en comptant parmi ses amis, des membres du parti nazi. Se définissant proche des anarchistes, il s’installe à Wilflingen où il continue de publier avant de mourir à l'âge de 103 ans.