L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Traité de la Tafna : Différence entre versions

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.
Ligne 2 : Ligne 2 :
  
 
<ret>Retour</ret>
 
<ret>Retour</ret>
 +
TAFNA (Traité de la), : Traité signé le 30 mai 1837 par Abd el-Kader et le général Bugeaud, sur les rives de la Tafna, reconnaissant la souveraineté de la France.
  
'''TRAITE DE LA TAFNA'''
+
Abd el-Kader est reconnu souverain sur les deux tiers de l’Algérie.
  
Le 20 mai 1837 entre BUGEAUD et ABDELKADER;
+
La France ne conserve dans l’Oranie qu’Oran, Arsew, Mostaganem et Mazagran ; dans l’Algérois, qu’Alger, le Sahel et la Mitidja, avec l’oued Khad’ra comme limite orientale.
  
La France conserve Alger, Oran, Mostaganem, Mazagran et leur banlieue; autour d'Alger, le Sahel et la Mitidja "bornée à l'Est jusqu'à l'oued Keddara et au delà". Tout le reste est abandonné à l'émir soit les deux tiers de l'Algérie.
+
Il est rompu en 1839 par les deux parties, avec la prise de Constantine de 1837 par les Français et par l’Emir en représailles.
  
NB : le texte arabe ne correspondait pas au texte français !
+
Tout le reste est abandonné à l'émir soit les deux tiers de l'Algérie.
 +
 
 +
NB : La France est flouée car son représentant ne se donne pas la peine de faire traduire par un spécialiste, le texte arabe qui ne correspond pas au texte français !
  
  
 
[[catégorie:ALGERIE]]
 
[[catégorie:ALGERIE]]
 
[[catégorie:HISTOIRE]]
 
[[catégorie:HISTOIRE]]

Version du 28 novembre 2005 à 14:25


Retour TAFNA (Traité de la), : Traité signé le 30 mai 1837 par Abd el-Kader et le général Bugeaud, sur les rives de la Tafna, reconnaissant la souveraineté de la France.

Abd el-Kader est reconnu souverain sur les deux tiers de l’Algérie.

La France ne conserve dans l’Oranie qu’Oran, Arsew, Mostaganem et Mazagran ; dans l’Algérois, qu’Alger, le Sahel et la Mitidja, avec l’oued Khad’ra comme limite orientale.

Il est rompu en 1839 par les deux parties, avec la prise de Constantine de 1837 par les Français et par l’Emir en représailles.

Tout le reste est abandonné à l'émir soit les deux tiers de l'Algérie.

NB : La France est flouée car son représentant ne se donne pas la peine de faire traduire par un spécialiste, le texte arabe qui ne correspond pas au texte français !