1940 ALGERIE MERS EL KEBIR Attaque Anglaise (3 juillet)

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : Navigation, rechercher
Back.png Revenir


L'attaque par les Anglais de la flotte française à Mers El Kébir le 3 juillet 1940, quelques clichés d'époque :Opération Catapult

Fronde des amiraux

Pour Londres, l'équation de la Marine française se pose en termes simples. La récupérer, c'est continuer la guerre avec des chances de survie. La voir passer aux mains ennemies, c'est un arrêt de mort. Si le constat est unanime, les points de vue divergent sur la manière de la « neutraliser ». L'opération Catapult va donc être imposée par Churchill à ses ministres et amiraux. Les réticences du Cabinet sont le premier obstacle à surmonter. « Prime Minister » depuis peu, la position de Churchill est fragile au sein de la coalition gouvernementale, où il n'est qu'un « primus inter pares » (le premier parmi ses pairs), et aux Communes, le clan des appeasers, derrière Halifax et Chamberlain, favorables à une paix de compromis avec le Reich reste influent. Le 26 juin, en son absence, le Cabinet admet, à défaut de ralliement, un désarmement de la flotte dans les ports coloniaux. Mais le Premier ministre y est opposé. Le 27, il reprend l'initiative et impose au War Cabinet sa solution : ralliement ou destruction. Le 28, la date de l'opération Catapult est fixée au 3 juillet. Il lui faut encore passer outre l'opposition des amiraux, qui, dès qu'ils ont connaissance du projet, expriment leurs réserves et leur dégoût. Sommerville, qui doit exécuter la besogne, essaye jusqu'au bout d'éviter le pire. Quant à North et Cunning-ham, ils mettent en garde contre ses conséquences. Enfin, Pound, First Sea Lord, insiste pendant la rédaction de l'ultimatum pour que l'option Antilles soit ajoutée et que, si Gensoul propose de désarmer sur place, sa suggestion soit retenue. C'est, au final, l'ascendant de Churchill qui a raison des velléités des uns et des autres. La détérioration des relations contribue à créer un climat de méfiance qui mène les plus réticents à se rallier à une option, par laquelle Churchill entend faire d'une pierre deux coups: empêcher la Kriegsmarine de s'emparer du fleuron de la Marine française et s'affirmer comme le chef de la nation en guerre

L'escadre de l'Atlantique, composée des cuirassés Dunkerque, Strasbourg, Provence et Bretagne, du transport d'hydravions Commandant Teste et de six contre-torpilleurs, est stationnée dans la base de Mers-el-Kebir depuis le 28 avril.

À sa tête, le plus anglophile des marins français, le vice-amiral d'escadre Gensoul. Le 24 juin, il reçoit la visite de North qui tente de le convaincre de rallier la Royal Navy. Gensoul lui rappelle qu'il n'obéit qu'au gouvernement légalement constitué du maréchal Pétain et l'assure qu'il ne livrera pas son escadre aux Allemands.
II a reçu de Darlan des instructions claires de sabordage en cas de coup de force de la Kriegsmarine......


Voir aussi photos sur : Documentation PN


rade.jpg position.jpg bretagne.jpg contre_torpilleurs.jpg mogador.jpg strasbourg.jpg gensoul.jpg

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Aidez-nous !
Chantier
Accès direct
Rédacteurs
Les sites de NJ
Boîte à outils