L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience MERCI

Historique Aumale - Ville

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher




Ecu Aumale.gif
Algérie drapeau.gif
ALGERIE

Aumale Nom actuel : Sour El-Ghozlane

Historique

Cadre fond.gif
Vise-rep.gif


Retour
Liste des Villes

Situation géographique

La ville d’Aumale est située à 124 kilomètres d’Alger sur le versant Nord du djebel Dirak au milieu d’un vaste plateau à 850 mètres d’élévation.

Elle est érigée sur un site ou se sont succédés Auzia, ville romaine importante et un poste fortifié turc nommé Sour El Ghozlan (La muraille des gazelles).

Histoire ancienne

Auzia portait au IIe siècle le titre de Municipe et de COLONIA SEPTIMA AURELIA AUZIENSE.

l'Auzia des Romains, le Sour-el-Ghozlane, « Rempart des gazelles » des arabes.

Des mosaïques, des tombeaux et de nombreuses médailles ont été découverts sur l'emplacement de la cité romaine.

Lorsque le général Marey-Monge explora les ruines d'Auzia en 1843, il n'y trouva qu'un amas de débris informes encadrés par une enceinte à moitié détruite, mais s'élevant encore sur quelques points à 2 ou 3 mètres de hauteur. Auzia, fondée sous le règne d'Auguste, dut avoir une certaine splendeur. C'était, dit Tacite, une forteresse entourée de tous côtés par de vastes forêts. Tacfarinas, chef de bandes numides, révoltés contre la domination romaine, l'avait occupée : fisus loco, quia vaslis salbitus claudebatur.(Tacite)

Vers l'an 365 après J.-C., Auzia fut la base d'opérations du révolté Firmus, qui y battit Théodose, général de Valentinien. A partir de cette époque, la nuit la plus profonde nous cache l'histoire d'Auzia. On ignore même la date de sa ruine.

Auzia fut, dans les deux premiers siècles de notre ère, occupée par une forte garnison romaine. Une ville importante s'y développa, qui eut rang de municipe, puis de colonie. On a découvert sur son emplacement un grand nombre d'inscripions latines, dont près d'une centaine, qui n'ont pas été détruites, se trouvent aujourd'hui au Musée en plein air installé sur une place devant la Sous-préfecture mais il ne reste plus rien de la ville antique, qui possédait pourtant un forum, un cirque, un marché et un temple à Saturne.

Présence turque

1515-1830 Berbérie

Là, comme ailleurs, les Arabes et les Turcs avaient défait l'œuvre des Romains.

Les Arabes lui donnèrent le nom de Sour-R'ozlan. Plus tard, les Turcs, frappés de l'importance de la position de ce poste militaire, y construisirent un fort dans lequel ils entretinrent une garnison destinée à maintenir les tribus environnantes et à surveiller un marché qui se tenait sur ce point et que fréquentaient les Arabes d'alentour.

Le fort turc, bâti en partie avec les plus belles pierres de la ville antique, était à peu près ruiné losque le général Marey-Monge parut devant l'Auzia

Présence française

Centre de colonisation

Centre Créé en 1845 dans le département d' Alger

En 1846, les français y établissent un poste permanent qui prend le nom d’Aumale en hommage à Henri d’Orléans Duc d’Aumale (1822-1897) quatrième fils de Louis Philippe, Vainqueur d’Adelkader et Gouverneur de l’Algérie.

C'est un centre essentiellement militaire, entouré d'un mur crénelé et percé de quatre portes.
On y remarque un beau jardin public, une église, une mosquée et l'hôtel de la subdivision. La ville ne se compose guère que d'une longue rue ombragée de beaux platanes. Quelques fûts de colonnes, des débris de chapiteaux, des statues mutilées, voilà tout ce qui reste de l'antique Auzia, que décoraient des palais et des temples remarquables, au dire des anciens.

Le marché (le dimanche) existe encore, et il n'a rien perdu de son importance passée. Les Oulad-Dris, les Oulad-Farah, les Oulad-Bou-Arif, les Oulad-Sidi-Barkat, les Oulad-Selama, les Oulad-Sidi-Moussa, etc.. y amènent des chevaux, des mulets, des ânes, des moutons, des chèvres, et y apportent du sel, du tabac, de l'huile, des œufs, des volailles, des céréales, des fruits, des cuirs, des tissus de laine, etc...

  • (source : La France illustrée -Jules Rouff éditeur 1882- Site profburp.fr de Bertrand B.)

Commune de plein exercice

La ville possède divers immeubles importants :

  • l'Hôtel de ville, élevé de deux étages avec une façade en pierre de taille sculptée et qui abrite la Justice de Paix, le Greffe et le Commissariat. ;
  • l'église, dont les grosses œuvres sont également en pierre de taille, construction terminée depuis sept ans seulement et qui fait un bel effet sur la place Thiers ;
  • deux halles en fer rendent au commerce de signalés les services :
    • celle du haut de la ville est fréquentée par les maraîchers,
    • celle du bas beaucoup plus grandiose, est le rendez-vous des colons et des indigènes qui y écoulent leurs produits, surtout le dimanche, jour de marché,
  • Dans les dessous de cette dernière ont été aménagés dix vastes magasins toujours loués. Le produit de ces halles, des marchés et de l'abattoir sont pour la ville, une source de beaux revenus.
  • quatre groupes d'écoles sont fréquentées par 415 élèves tant de la ville que de la banlieue.

Lorsqu'on entre en ville par la porte du nord ou d'Alger, on est agréablement impressionné par la vue de deux belles constructions :

  • à droite, la Medersa
  • à gauche, la Mosquée ou Djemaa

toutes deux d'un élégant style mauresque.

Toutes ces constructions ont coûté à la ville environ 550.000 francs sans compter les conduites d'eau qui reviennent énormément cher tant d'établissement que d'entretien.

-L'hôtel des Postes, la Gendarmerie, la Prison civile et bon nombre de constructions particulières, aident un bel aspect de la petite cité.

Formant une ligne de démarcation entre les constructions civiles et militaires, s'étend l'Esplanade d'Isly, qui est divisée en deux places. :
La ville a, à peu près, la forme d'un vaste rectangle partagé en deux par la voie principale, Rue Grande.
Parallèlement à cette voie, à l'est la rue des Zouaves, à l'ouest la rue de l'Hôpital. Un chemin contourne les fortifications intérieurement.

Plusieurs rues transversales coupent à égale distance ce rectangle jusqu'aux murs d'enceinte.

Garnison

Noyau du centre actuel, qui a gardé quelque importance militaire (vastes casernes et hôpital).

Deux belles et immenses casernes, le quartier Lanusse pour l'infanterie, le quartier Mireur, pour la cavalerie, construites sur rez-de-chaussée, élevées de deux étages et combles et pouvant contenir 2.000 hommes.

En tant que garnison, Aumale, il y a vingt ans seulement comptait un bataillon d'infanterie (zouaves, tirailleurs, infanterie de ligne), 2 escadrons de cavalerie (spahis ou chasseurs d'Afrique), une section d'artillerie, et était le siège depuis plus de quarante ans de la portion centrale de la 4e compagnie de discipline.

Peu à peu, le calme qui règne en Kabylie et dans le Sud, a fait diminuer l'effectif de la garnison, le bataillon d'infanterie fut pendant longtemps remplacé par une compagnie du 2e bataillon d'Afrique qui, elle-même a été retirée.

L'Hôpital Militaire

L'immeuble peut contenir trois cents malades ; il est placé sous la direction d'un Médecin-Chef assisté d'un aide-Major, d'un officier comptable, de trois sous-officiers et de vingt-quatre hommes qui suffisent au service actuel.

C'est un modèle de bon goût intérieur, ses vastes et nombreuses salles peintes et décorées artistiquement, ainsi que son aménagement et son mobilier en font un séjour aussi agréable que peut l'être celui d'un hôpital.


Recherches généalogiques

Nom actuel

: Sour-el-Ghozlane Wilaya 10 - Bouira