L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Historique Bessombourg - Ville

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.




Ecu vide.gif
Algérie drapeau.gif
ALGERIE

Bessombourg Nom actuel : ?

Historique

Cadre fond.gif
Vise-rep.gif


Retour
Liste des Villes

 


Présence française

1830 - 1962 ALGERIE

Capitale du liège

Implanté dans le département de CONSTANTINE, sur la commune mixte de COLLO, le village portait le nom de BESSOMBOURG et ses habitants les Bessombourgeois.
C’était la capitale du liège et il ne vivait que par et pour le liège. Il était aussi réputé pour avoir la plus haute pluviométrie de toute l’Algérie.
Son nom venait du fondateur de la société, Pierre BESSON, qui commença l’exploitation dans la région en 1862.

Situé en plein Sud du cap BOUGAROUN, à 600 mètres d’altitude entre mer et montagne au beau milieu d’une immense forêt de chênes-lièges de 25 000 hectares. A 14 Kms, par une route étroite et sinueuse qui s’arrêtait là, à l’Ouest-sud-ouest du petit port de pèche et de commerce de COLLO mais distant à vol d’oiseau d’à peine 9 Kms.
On pouvait voir, d’un peu partout dans le village, la baie de Djerda et la presqu’île avec le passage des différents bateaux et même savoir si la mer était « bonne ou mauvaise ». A environ 4 Kms au Sud-ouest s’élève le signal du GOUFI qui culmine à 1 183 mètres, majestueusement enneigé l’hiver venu, et par lequel on accédait du col de MEDJELBA. Une neige immaculée exempte de toute pollution. Les sports de glisse ne faisaient pas partie des loisirs à cette époque, mais que la vue était magnifique.

Bessombourg Ste des Lièges Usine.jpg


Tous les habitants étaient employés à la H.P.K. (Société des Lièges et des Hamendas de la Petite Kabylie). Tous sauf quatre : l’Instituteur, le postier, le curé et le docteur ; l’école, la poste, l’église et le dispensaire étant malgré tout des bâtiments construits par et appartenant à la société. Seuls le curé et le docteur n’y logeaient pas. Le curé venait de COLLO, où il avait sa paroisse, pour y officier la Messe du dimanche ou pour y célébrer d’autres évènements (son déplacement, aller et retour, étant assuré par un véhicule de la compagnie avec chauffeur). Le docteur tenant son cabinet à COLLO montait une à deux fois par semaine et assurait les soins ou consultations au dispensaire, ou à la demande en cas d’urgence.

L’activité principale étant axée sur le liège, des bâtiments spécifiques y avaient été construits. Station de bouillage et atelier de raclage, garage pour les camions de transport, atelier de réparation et de mécanique générale avec la centrale électrique, une aire de lavage avec station service, un grand atelier de préparation, de visage et d’emballage, une forge, une sellerie-bourrellerie, une quincaillerie, deux écuries une pour les chevaux l’autre pour les mulets, une menuiserie, des bureaux administratifs et la direction. Le directeur remplissait aussi les fonctions d’Officier d’état civil.

Enfin pour la vie courante, une étable avec une douzaine de vaches pour le lait et la viande, une porcherie avec une douzaine de porcs pour la viande et la charcuterie, une épicerie, qui englobait : droguerie, mercerie, tabacs, vins et spiritueux, le pain venant de la boulangerie, ainsi que d’autres articles y compris le quotidien « LA DEPÈCHE DE CONSTANTINE » qui nous parvenait par le car régulier de COLLO avec le courrier, et une « glacière » pour la fabrication des barres de glaces (les réfrigérateurs électriques étant rares à l’époque).
Tout ceci appartenant à la société etait réservé en priorité à ses employés.

  • Source : Il était une fois Philippeville - Marcel-Paul Duclos


Lien sur l' Encyclopédie

Bessombourg Source Documentation


Recherches généalogiques

Nom actuel

Zitouna Wilaya Zkikda