L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Historique Douera - Ville

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.




Ecu vide.gif
Algérie drapeau.gif
ALGERIE

Douera Nom actuel : ?

Historique

Cadre fond.gif
Vise-rep.gif


Retour
Liste des Villes

Situation

D'Alger aux Quatre-Chemins par Douéra.
On sort d'Alger par El Biar et Châteauneuf, où l'on prend, à gauche, la N.36 jusqu'à Dely Ibrahim.

De Douéra, la route rejoint Zéralda par Mahelma et la forêt de Saint-Ferdinand


Présence française

183O - 1962 ALGERIE

Elle est bien oubliée et pourtant, elle était le point le plus avancé de la conquête et l'étape principale sur la route de la plaine qui vit tant de fois la chevauchée de BUGEAUD, le soldat laboureur.

Douéra est un village dont l'enfance fut ingrate. Ce fut un camp, un bivouac peu à peu consolidé par les soldats constructeurs : tracé du village, construction des routes, puits, défrichement des terres etc.

Sa date de naissance est fixée par l'arrêté du 23 mai 1835 qui précisait les limites de la future commune.

Elle englobait, alors, le territoire des communes de Saint-Ferdinand, Mahelma, Sainte-Amélie, Baba-Hassen et Crescia.

Douéra, c'est l'épopée rurale de ces premiers villages des plateaux et steppes de l'Algérois ayant nourri toutes ces premières vagues de colonisation qui débarquaient d'Europe, totalement démunies.

Décennies après décennies, Douéra se construira avec son lot de catastrophes comme la peste, les sauterelles, sècheresse, pillages, vols, manque d'eau et autres.

Il fallait aller en procession à la corvée d'eau à la « Pompe du Ravin », à certaines heures de la journée, sous la garde des militaires.

Douéra, lentement mais obstinément forgée par ses pionniers, allait devenir un oasis de paix dans un Sahel miraculeusement transformé en un gracieux bocage. Terres fertiles, de très belles vignes et nombreux vergers allaient la développer.

Commune de plein exercice

Autour de l'église Saint-Antoine, le village se développa, un temple luthérien vit le jour.

Douéra avait son kiosque à musique, la fête foraine et le bal duraient trois jours à la fin des vendanges.

La commune était fière que ses casernes Damrémont et Bugeaud aient été transformées en 1923, en Centre de Transmissions (19e Corps d'Armée) le plus important d'Afrique.

Hôpital de Douéra







La commune a créée un Hôpital-Hospice, un jardin public, des écoles. Il y avait un sanatorium de M. le Docteur Babilée qui aura son monument érigé près de la Mairie, et le pénitencier militaire.

Douéra a oublié l'épopée de sa création et les malheurs endurés jusqu'à ce que les problèmes liés à l'intégrisme islamique la touche mais cela est une autre histoire.

  • Source :Extrait partiel de la Revue P.N.H.A n°115

Recherches généalogiques

Liens externes