L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Historique Lourmel - Ville

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.




Ecu vide.gif
Algérie drapeau.gif
ALGERIE

Lourmel Nom actuel : ?

Historique

Cadre fond.gif
Vise-rep.gif


Retour
Liste des Villes

 


Présence française

1830 - 1962 ALGERIE

C'est au lieu dit Bou Rchach, que Si Ahmed Ould Kadi, Agha de Frenda abandonne à l’État français 3 560 hectares de terre

Centre de colonisation

Dès 1853, une étude réalisée sur le lieu dit Bou Rechach permettait d’envisager la création d’un centre de colonisation grâce aux eaux abondantes de la source d’El-Amria qui seront amenées au village par une conduite d'eau, exécutée par le Génie.

Le 22 mai 1854, ce centre deviendra le village européen de Bou-Rchach sur l’emplacement proposé par le Général Commandant la Division.

A cette date, l'extrait du registre de délibération du conseil du Gouvernement, mentionne (sic)

  • Réduire à 30 le nombre des familles à installer ;
  • Donner à chaque lot urbain 7 à 8 ares ;
  • Réserver pour l’Église la partie haute de la place ;
  • Établir la fontaine et l'abreuvoir dans la partie basse ;
  • Les lavoirs sur le boulevard en arrière de la fontaine ;
  • Porter à 25 m la largeur de la grande rue en prévision d’une rangée d'arbres de chaque côté de la chaussée ;
  • Supprimer la rue Baroudi et du puits ;
  • Remplacer le mur de soutènement de la place par un talus à la pente de 1 m de hauteur sur deux de base ;
  • Faire la marche de l'escalier en pavés ;
  • Réserver en dehors de la ville un terrain de deux hectares environ pour le bivouac des troupes ;
  • Indiquer l’emplacement du cimetière ;
  • Relativement à l'allotissement des terres admettant qu'il a 700 hectares de terres labourables attribuer à chaque famille 11 à 12 hectares de terres, sur lesquels autant que possible deux hectares environ devront être situés sur le bord de l'oued Baroudi ou sur un canal de dérivation ;


Ce Centre est créé en 1854 pour 30 familles et prend le nom de Bou Rchache puis, un décret impérial du 15 janvier 1856 crée un centre de 70 feux qui est baptisé « Lourmel »

Ce nom est donné en souvenir de Frédéric, Henri Lenormand de Lourmel (1811/1854) Général de l’Armée d’Afrique s’étant illustré lors de la bataille de Zaatcha, mort au combat en Crimée, à la bataille d’Inkerman.

Commune de plein exercice

Lourmel est une commune littorale à 42 kilomètres Ouest, Sud-ouest d’Oran, encadrée à l’Est par le lac salé (Sebkha d’Oran) et à l’Ouest par la commune d’ Er-Rahel.

Lourmel - Monument aux Morts.jpg

En 1880, on dénombre 225 habitations - l'Église sera construite en 1892 pour la somme de 34 116,41 francs.

A Lourmel comme dans tous les villes de l'Oranie, on peut distinguer les Arabes vivant au village (partiellement intégrés) : ils parlent le français, sont intéressés par le progrès, bénéficient des soins médicaux et de l'aide sociale, vont à l'école française, ont participé aux guerres de 14-18 et 39-45, ont décrochés quelques médailles, sont des anciens combattants... et ceux habitants les douars à l'extérieur, malgré tout ce qui a été fait pour eux par l'administration française dans tous les domaines restent en dehors du progrès, conservant leur habitat traditionnel, c'est un autre monde .

Les immigrants lourméliens

Les colons qui s'installent dans la région Oranaise sont pour la grande majorité des Français issus plus particulièrement des régions d'Alsace, du Tarn, de l'Ardèche, des Pyrénées Orientales et de la Corse mais aussi des Espagnols, des Italiens et des Maltais.
En 1847, on recense déjà 47 000 Français et 62 000 Espagnols, Italiens et Maltais.
A partir de 1853 on note des départs importants d'émigrants du Tarn (cf. un dossier très intéressant sur l'émigration tarnaise en Algérie sous le Second Empire.) De même sur la Rhénanie (actuelle Alsace), que la Prusse va annexer après la défaite de Napoléon 1er en 1815, va voir une partie de sa population émigrer vers l'Algérie .

Le vignoble

En 1888, sa population est de 2 374 habitants, 213 hectares sont plantés en vigne, la production atteindra deux ans après 13 000 à 14 000 hectolitres
Les vins de cette commune peuvent être divisés en deux catégories distinctes :
les vins produits par les coteaux et ceux produits par la partie de ce vignoble qui s'étend vers le lac salé.

Nom actuel

El-Amria - Wilaya d'Aïn-Témouchent