L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Historique Meknès - Ville

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.




Ecu Meknès.gif
Maroc drapeau.png
MAROC

Meknès Nom actuel : ?

Historique

Cadre fond.gif
Vise-rep.gif


Retour
Liste des Villes

 

Histoire ancienne

MAROC

Voisine de Fès, comme ville makzen, Meknès doit son nom à la tribu des Meknassa venue vers le Xe siècle camper au bord de l’oued Boufekrane .

À la différence de Fès, de Marrakech et de Rabat, Meknès n’est pas la ville d’une dynastie royale soucieuse de construire une capitale, mais la création d’une communauté en voie de sédentarisation.
C’est pourquoi Meknès ne fut pendant longtemps qu’une série de villages et jardins égrenés le long d’un cours d’eau.

C’est l’Almoravide Youssef Ben Tachfin qui, en 1605, bâtit une place forte qui sera le noyau de l’actuelle cité.

Pendant environ 600 ans, les Almohades et les Merenides agrandirent et enrichirent la médina en mosquées et en médersas.
Le Sultan Abou Youssef acheva la grande mosquée et sa magnifique coupole, tandis que le sultan Abou Inan devait terminer la construction de la médersa Bou Inania commencée par son père.

L’éclat de Meknès se ternit avec la chute de Mérénides et connut une décadence certaine sous les Saadiens.

C’est Moulay Ismaïl Le Grand Sultan, second de la dynastie des Alaouites qui tirera, mais avec quelle ostentation, la ville de l’obscurité et de l’oubli.

Moulay Ismaïl a vingt six ans en 1672, quand il accède au trône ; il y restera cinquante ans.

Ce fut un despote sans pitié, un soldat exceptionnel qui avait la tête politique et le sens national. Contemporain de Louis XIV, il avait comme ce dernier une soif de grandeur qui frisait la mégalomanie.

Se méfiant de Fès et des Fassis, il prit Meknès comme capitale. Il l’entoura de quarante kilomètres de murailles et construisit palais, mosquées et édifices administratifs de toutes sortes qui ont fait la magnificence de Meknes à cette époque.

Plus de trente mille esclaves noirs ainsi que chrétiens et des prisonniers de droit commun ont participés à ces travaux. Moulay Ismaïl n’hésitait pas à punir, parfois de mort, les plus indolents, mais récompensait largement les plus zélés.

Son petit fils Sidi Mohamed qui lui succéda poursuivi son œuvre avec une certaine réussite, mais celui-ci disparu, le déclin de Meknès se précipita inéluctablement, ses successeurs la délaissèrent au profit de Fès et de Marrakech.

Le tremblement de terre de 1755 aggrava ses blessures et laissa la ville meurtrie.

Le protectorat français

1912 - 1956

En 1909, l'Espagne débute la conquête militaire du croissant rifain, ensuite, deux ans après, le Sultan Moulay Hafid appellera l'armée française pour libérer Fès, cernée par des tributs factieuses. Suite à la pénétration française, le Sultan sera acculé à accepter un traité de protectorat signé le 30 mars 1912; une zone d'influence sera confiée à l'Espagne.

La ville aujourd'hui

Indépendance en 1956 à nos jours

Aujourd’hui Meknès garde encore l’empreinte du « Grand Sultan ». La ville bénéficie aujourd’hui de travaux de restauration importants, ce qui n’est que justice car longtemps elle fut oubliée. Faisant partie du circuit dit «  des villes Impériales » Meknès se redécouvre et possède tout pour séduire les plus exigeants.