L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Historique Oujda - Ville

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.




Ecu Oujda.gif
Maroc drapeau.png
MAROC

Oujda Nom actuel : ?

Historique

Cadre fond.gif
Vise-rep.gif


Retour
Liste des Villes

 

Région

L'Oriental

Formée de cinq provinces (Jerada, Berkane, Taourirt, Figuig, Nador) et de la préfecture d'Oujda-Angad, la région se nomme l'Oriental.

Histoire ancienne

OUJDA ou Oudjda. Importante ville du Maroc oriental, fondée par les Berbères à 500 m d’altitude dans la plaine des Angads, à la frontière algéro-marocaine.

Cette ville qui fut fondée par la tribu berbère des Zenata, bénéficie d'une position stratégique sur l'axe reliant Rabat et Meknès à l'Algérie.
Selon la tradition, la ville est l'enjeu de combats entre les maîtres de Fès Maroc et ceux de Tlemcen.
Enlevée par le sultan Youssef Ben Tachfine en 1206, elle devient un centre important pour les Almohades, qui renforcent les fortifications.
Sous les Mérinides, Abou Youssef rebâtit la cité et construit de nouvelles murailles, une casbah, une mosquée et un palais.
Plus tard, le régent ottoman d'Alger s'empare de la ville, mais Moulay Ismail la reprend en 1687. Il n’a épargné aucun effort pour développer cette ville.

La grande mosquée construite au treizième siècle est l’un des monuments les plus fins de la ville.

Occupée par les Français en 1844, afin de pouvoir contrôler les mouvements de la tribu des Beni Snassen qui pénétrait en territoire algérien pour razzier les zones de cultures aménagées par les colons et en représailles de l’aide fournie par le sultan Moulay Abd er Rahman à l’émir Abd-el-Kader puis en 1857 et à nouveau en mars 1907.

Le Protectorat français

1912 - 1956

En 1909, l'Espagne débute la conquête militaire du croissant rifain, ensuite, deux ans après, le Sultan Moulay Hafid appellera l'armée française pour libérer Fès, cernée par des tributs factieuses. Suite à la pénétration française, le Sultan sera acculé à accepter un traité de protectorat signé le 30 mars 1912 ; une zone d'influence sera confiée à l'Espagne.