KOESTLER Arthur

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : Navigation, rechercher

Retour



akoestler.gif
"La nature nous laisse à nos propres forces, Dieu a décroché le téléphone, et le temps presse".
Juif hongrois né en 1905. Adolescent à Budapest puis Vienne.
Il est impressionné par les événements de 1919 et la brève commune hongroise de Bela Kun.

Membre d'une association sioniste, il s'embarque en Palestine dans les années vingt. Défricheur peu doué dans un kibboutz, il devient correspondant d'un quotidien viennois au Proche-Orient. Rédacteur scientifique pour le groupe de presse Ullstein, il séjourne ensuite à Berlin puis à Paris.

Il adhère au Parti communiste allemand et entame pour le compte de Komintern

en 1931, un voyage de plusieurs mois à travers l'U.R.S/S.

1933 : A la prise de pouvoir d'Hitler, rejoint Paris et la campagne antisfasciste

menée par les exilés allemands, ayant fui la terreur nazie. Il commence l'écriture de "Spartacus".

1936 : Correspondant en Espagne pendant la guerre civile espagnole.

Emprisonné, il restera trois mois dans les prisons franquistes, libéré, il écrira "Un testament espagnol".

Il quitte le Parti communiste en 1938, très ébranlé par les procès staliniens

et l'exécution de Boukharine, et en désaccord avec l'attitude du parti communiste envers les trotskistes du POUM pendant la guerre d'Espagne, il écrit: "Le Zéro et l'Infini".

1939 : Arrêté par la police française après la déclaration de guerre et expédié

avec des centaines d'autres émigrés allemands, antinazis "indésirables", au camp du Vernet d'où il sera libéré quelques mois plus tard sur intervention de Malraux et d'un officier de l'Intelligence Service.

Après la Capitulation, libéré, et sans papiers, il s'engage dans la Légion Étrangère

sous une fausse identité pour échapper à la Gestapo. À Marseille, il rencontre Walter Benjamin qui partage avec lui ses plaquettes de morphine. Il s'embarque pour Casablanca avec un faux certificat de démobilisation puis gagne Lisbonne. On lui refuse un visa pour l'Angleterre. Koestler, sans papiers, se morfond deux mois et demi, puis tentera de se suicider à la morphine ; sans succès.

Il s'embarque sans visa pour l'Angleterre où il est arrêté.

Libéré, il intègre le Corps des Pionniers. Il écrit pour le compte du Ministère de l'Information, des films, pièces et tracts de propagande.

1943 : Il écrit "Croisade sans croix" dernier roman de la trilogie

sur le libre arbitre, la question de la fin et des moyens dans les révolutions, la violence ...

Après la guerre, Koestler demande et obtient la nationalité britannique.

Il écrit son premier essai: "Le Yogi" et "le Commissaire", puis, après un séjour en Palestine,"Le Lotus" et "le Robot", "Le Cri d'Archimède", "Le Cheval dans la locomotive", "Les Call-Girls", etc.

Koestler et sa femme se sont suicidés ensemble le 1er mars 1983.
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Aidez-nous !
Chantier
Accès direct
Rédacteurs
Les sites de NJ
Boîte à outils