MUSTAPHA ben ISMAEL

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : Navigation, rechercher


Back.png Revenir

ben Ismael MUSTAPHA

mustapha.jpg

Agha

Commandeur de la Légion d'honneur le 5 février 1842

Général français


Date de Naissance : vers 1769

Lieu de Naissance : El Amriyah (Lourmel)

Pays de Naissance : Algérie


Date de décès : 23 mai 1843

Lieu de décès : El Bioda (Province d'Oran)

Pays de décès : Algérie


Présentation :
Grand chef indigène du temps de la puisance turque, Général français à titre indigène
Faits marquants :

Commandait les tribus du maghzen au service du gouvernement turque

Agha des Douairs et des Smela

Combat Abdelkader jusqu'au moment ou un revers militaire le contraint à se réfugier dans le méchouar de Tlemcen, délivré par CLAUZEL, il se met au service du Maréchal

Dates importantes :

Au côté des français, prend une part active à tous les combats contre Abdelkader

Nommé général français à titre indigène le 29 juillet 1837

Tué au combat le 23 mai 1843 alors qu'il a 74 ans

Contexte :
Il était l'un de ces grands chefs indigènes

qui, du temps de là puissance turque, commandaient les Maghzen, c'est-à-dire les tribus au service du gouvernement. Les Turcs, qui ne pouvaient, en raison de leur petit nombre, dominer toute la Régence par eux-mêmes, accordaient à ces tribus des avantages spéciaux, en échange de leur participation à la levée des impôts, aux expéditions et à la police générale.

Déjà âgé d'une soixantaine d'années en 1830, Mustapha ben Ismaël était l'agha des Douairs et des Smela, qui constituaient le Maghzen d'Oran. Toute sa vie s'était passée en chevauchées et en luttes, dans lesquelles son courage, sa vigueur physique et son ascendant sur ses cavaliers lui avaient acquis un prestige incomparable.

Lorsqu'au mois d'août 1830, les troupes françaises vinrent occuper Oran, il essaya, avec les grands du Maghzen, d'entrer en relations avec leurs chefs; mais les Français, à cette époque, ignorant profondément l'organisation de la Régence et le rôle de ses divers organes, les repoussèrent comme ayant eu des contacts avec leurs ennemis les Turcs.

Le général Walsin-Esterhazy, qui par la suite eut l'occasion de bien connaître Mustapha ben Ismaël, et qui lui succéda à la tête du Maghzen d'Oran, a écrit plus tard : Que de choses n'avait-il pas à nous apprendre, si nous eussions daigné alors écouter son avis; que de fautes n'eût-il pas épargnées à notre inexpérience, ce vieillard blanchi dans la pratique d'une guerre que nous connaissions à peine, et dans l'exercice d'un commandement qui nous était alors complètement étranger; lui, qui avait occupé si longtemps les hautes fonctions d'agha, dans ces temps de décadence de la puissance turque, où il avait eu souvent à déployer, contre les tribus révoltées, toute l'énergie militaire que nous lui avons connue depuis! " Le Sultan du Maroc, profitant de la confusion qu'occasionnait dans les tribus la venue des Français, essaya de mettre la main sur l'Ouest de la province d'Oran. Mustapha ben Ismaël, ayant fini par se rallier à son représentant, fut néanmoins arrêté traîtreusement et envoyé en captivité à Fès. Le Sultan,désapprouvant pareille conduite, eut l'adresse de traiter Mustapha et ses compagnons avec beaucoup d'égards, et s'en fit ainsi un allié.

En 1832, lorsqu'Abdelkader est proclamé Sultan, il consent à le laisser reconnaitre par les Douairs et les Smela mais refuse de de lui faire allégeance et va le combattre jusqu'à sa mort

Il ne pouvait y avoir que sourde hostilité entre les partisans du jeune homme pieux élevé au pouvoir au nom de la religion, et les cavaliers du vieil agha qui avait été le seigneur du pays au nom des Turcs. Aussi, après quelque temps de collaboration indirecte, Mustapha décida d'émigrer au Maroc avec ses tribus; ayant rencontré Abd el Kader et ses partisans dans les environs de Tlemcen, il fonça sur eux, et les défit si complètement qu'il s'empara des tentes, des drapeaux, de la musique, des bagages de l'Émir el Moumenin (Commandeur des Croyants), et que ce dernier faillit lui-même être pris.

Mustapha ben Ismaël constata, d'autre part, que le Sultan du Maroc, sensible au prestige religieux de l'Émir, ne manifestait plus à son égard la même sympathie. Vers qui pouvait-il dés lors se tourner ? Après un nouveau combat avec Abd el Kader, dans lequel il fut vaincu, il tenta une entrevue avec lui; mais il ne put se résoudre à s'humilier devant ce jeune homme de sainte éducation, et déclara qu'il préférait vivre avec les Turcs, qu'il avait toujours servis. Il alla, suivi de 50 ou 60 familles des Douairs et Smela, s'enfermer dans le Mechouar de Tlemcen avec les Koulouglis.

Lorsque Mustapha ben Ismaël fut enfin délivré, par l'expédition de Clauzel sur Tlemcen, du siège qu'il subissait dans le Mechouar, il dit au Maréchal : En te voyant, j'oublie mes malheurs passés, je me confié à ta réputation. Nous nous remettons à toi, moi et les miens, et tout ce que nous avons; tu seras content de nous. Il tint parole, car il reprit dès lors la lutte contre Abd el Kader, éclairant et couvrant les colonnes françaises à la tête de ses cavaliers Douairs et Smela.

En avril 1836, il accompagna le général d'Arlanges, qui avait reçu ordre du maréchal Clauzel d'aller d'Oran à la Tafna, et d'assurer la liaison de Rachgoun à Tlemcen; il lui donna les conseils que lui dictait son expérience, mais il ne put l'empêcher d'aller se heurter dans les montagnes aux masses kabyles animées par Abd el Kader, et de se faire acculer à la mer au camp de la Tafna. Il se conduisit admirablement au cours de ces journées, où tombèrent nombre de ses cavaliers. Bugeaud étant arrivé avec des renforts, Mustapha prit une part brillante au combat de la Sikkak où Abd el Kader fut battu; il y fut grièvement blessé d'une balle à la main

Le vieil agha, qui avait reçu le grade de général français, prit part dés lors, avec ses cavaliers, aux expéditions de la colonne de La Moricière, jouant en bien des circonstances un rôle important. Il accompagna cette division, à la tête d'un goum de 600 cavaliers, à l'expédition de Bugeaud en mai 1841 contre Tagdempt et Mascara.

le général Mustapha manifesta la joie la plus sincère : monté au point le plus élevé de la montagne, d'où il découvrait au nord le Tell, et au sud à perte de vue les plateaux mamelonnés allant vers le Sahara, il s'écria : Fils de Mahi ed Dine (Abd el Kader), ce pays ne peut pas être destiné à appartenir à un marabout (personnage religieux) comme toi, à un homme de Zaouïa (école religieuse). Enlevé par la conquête à ceux que j'avais servis toute ma vie, c'est à la nation qui a su leur arracher qu'il revient, et non pas à toi, qui n'avais fait que le voler. J'ai aidé de toutes mes forces les Français à reprendre leur bien, parce que moi, soldat, je ne pouvais obéir qu'à des soldats. je les ai conduits jusqu'aux portes du Sahara. Je puis maintenant mourir tranquille. Justice complète sera bientôt faite de ta ridicule ambition.

L’année suivante, en 1843, le général Mustapha ben Ismaël était en colonne avec La Moricière vers Tiaret, lorsque le 19 mai il apprit par un nègre fugitif la prise de la Smala par le duc d’Aumale, et la présence à quelques dizaines de kms d’une nombreuse émigration qui fuyait le désastre. Le général Mustapha ben Ismaël monta à cheval avec son goum et la cavalerie régulière, atteignit les fuyards, et s’empara de nombreux prisonniers, troupeaux, chameaux et bagages. Voulant revenir à Oran avec ses prises, le général Mustapha ben Ismaël se sépara de La Moricière pour traverser seul avec ses cavaliers le territoire des Flitta. Attaqué par une cinquantaine de piétons, dans un défilé boisé où ses chevaux et mulets surchargés de butin encombraient le passage, il s’élança pour rétablir l’ordre ; mais il fut frappé d’une balle qui le tua. Ses cavaliers atterrés prirent la fuite. Les agresseurs apprirent, par la mutilation que lui avait faite à la main droite la balle reçue à la Sikkak, qu’ils avaient tué Mustapha ben Ismaël. Sa tête et sa main furent portées à Abd el Kader, qui, par générosité vis-à-vis de son ennemi disparu, fit ensevelir ces sinistres trophées au lieu de les exposer, suivant la coutume d’alors. 

Mustapha ben Ismaël avait près de 80 ans et laissait derrière lui une impression profonde à tous ceux, Français et Indigènes, qui l’avaient connu. Cet homme d’épée, ce soldat magnifique au combat, avait su se faire apprécier aussi par son esprit d’équité, au point d’avoir mérité, sous le règne des Turcs, le surnom de Mustapha-el-Haq (Mustapha la Justice).

C’était un homme d’une absolue loyauté, sur qui le général Walsin-Esterhazy écrivait : « il avait donné sa parole à la France, et jamais, dans les circonstances qu’il eut à traverser avec nous, malgré les dégoûts dont il fut parfois abreuvé, son expérience des hommes et des choses du pays, son dévouement dans les combats, sa coopération dans les conseils, ne nous firent défaut toutes les fois qu’on voulut bien les invoquer. Les hommes de la trempe et du caractère de Mustapha ben Ismaël sont trop rares, et de semblables types, même dans les grandes luttes de notre histoire, sont trop peu communs, pour qu’il ne convienne pas de chercher à appeler l’attention sur cette grande figure de nos petits démêlés africains. » Sa mort impressionna profondément les Indigènes. Ses cavaliers n’osèrent pas reparaître dans leurs douars craignant la réprobation de leurs femmes pour leur conduite dans la funeste journée.

Une poésie, qui reflétait bien les sentiments indigènes, fut chantée dans toute la province d’Oran pour célébrer les vertus du héros disparu :
« Lorsqu’il s’élançait à la tête des goums, sur un coursier impétueux, l’animant des rênes et de la voix, les guerriers le suivaient en foule. Pleurons le plus intrépide des hommes, celui que nous avons vu si beau sous le harnais de guerre, faisant piaffer les coursiers chamarrés d’or. Pleurons celui qui fut la gloire des cavaliers… Souvenez-vous du jour où il fut appelé à Fez par ordre du chérif : comme il brilla parmi les grands de la cour, plus grand par ses belles actions que tous ceux qui l’entouraient. On reconnut en lui le sang de ses nobles ancêtres, et, pour le lui témoigner, le chérif le combla d’honneurs… Qu’il était beau dans l’ivresse du triomphe, lorsque, sur le noir coursier du Soudan, à la selle étincelante de dorures, il apparaissait comme le génie de la guerre sur le dragon des combats !... Dieu est témoin que Mustapha ben Ismaël fut fidèle à sa parole jusqu’à la mort, et qu’il ne cessa jamais d’être le modèle des cavaliers. »

Le général Mustapha ben Ismaël est le type indigène de « l’homme de poudre » le plus noble et le plus chevaleresque qu’on puisse citer et, comme le dit le poète qui célébrait sa gloire, il fut « fidèle jusqu’à la mort à sa parole », qu’il avait donnée à la France.

« Cahiers du Centenaire de l’Algérie N° IV » 1830/1930
« Les grands soldats de l’Algérie » par M. le général Paul AZAN.))

photo.png MUSTAPHA ben ISMAEL Camera.gif audio.gif
 
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Aidez-nous !
Chantier
Accès direct
Rédacteurs
Les sites de NJ
Boîte à outils