L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

TUNISIE TUNIS El Aouina

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.

Retour


TUNIS EL AOUINA

Bien que déjà desservi depuis 1920 par des hydravions de la Compagnie Aéronavale qui se posent sur le lac Bahira à l’Aéroport, l'aérodrome de Tunis est modeste; en 1938, on dénombre seulement entre Tunisie et Métropole 5.800 passagers par air

Dès 1944, des travaux d'aménagement sont effectués à El Aouina, classé A en vue du trafic international; l'État français, qui en est propriétaire, assume tous les frais, ce qui est conforme à une politique d'ensemble de l'aviation dans le cadre de l'Union Française.

elaouina_maquette.jpg
Maquette de l'aérogare - Les 4500 m2 furent construits entre le 28 avril et le 31 octobre 1944


elaouina_1950.jpg
Les pistes en janvier 1957

Sérieusement concurrencée par le développement des sociétés privées de transport aérien, la Compagnie Air France n'assure que les 3/5 du trafic des passagers entre la Tunisie et la Métropole. Ce trafic, en progrès constant, s'est chiffré en 1951 par un total de 56.400 passagers dont 33.400 par Air-France.

L'activité d'Air-France se manifeste par onze services au total par semaine, sur appareils D.C.4 ou Constellation, qui mettent Tunis à 3 h de Marseille, à 5 h de Paris, à 7 h 15 de Casablanca. Transitant à Tunis, les Constellation de la ligne Paris-Douala couvrent les 5.300 km du parcours en 16 h 25, couvrant d'une traite les 2.800 km qui séparent Tunis de Fort-Lamy.

De son côté la Compagnie Tunis-Air, société officielle de la Tunisie et associée à Air-France, relie en D.C.3 Tunis à Marseille, Nice, Ajaccio Bastia, Bône, Alger, Rome, Sfax, Djerba et Tripoli.

Plusieurs autres compagnies françaises assurent un certain trafic: Aigle-Azur dont la ligne Paris-Brazzaville fait escale à Tunis. Air-Transport, dont la ligne Marseille-Tunis, supprimée en 1952, est rétablie au printemps 1953 et la T.A.I. (Transports Aériens Intercontinentaux) qui fait escale à Tunis dans le sens Saïgon-Paris.

En ce qui concerne les compagnies étrangères, notons la T.W.A. (Trans World Air Lines), lignes Rome-New-York et Rome-Bombay qui font escale à Tunis et la L.A.I. (compagnie italienne) Rome-Palerme-Tunis.

La moyenne annuelle des arrivées et des départs d'appareils sur l'aérodrome de Tunis passe de 2.220 en 1938 à 9.370 en 1949, à 10.209 en 1950 et à 10.677 en 1951. Au cours des mêmes années, en totalisant arrivées départs et transit, le nombre des passagers, dont la pointe de trafic se produit en juillet et août pour les départs et septembre pour les arrivées, s'élève de 10.220 en 1938 à 92.000 en 1949, à 97.300 en 1950 et 104.000 en 1951.

Le fret passe de 1,8 t en 1938 à 2.800 t en 1951.


AUTRES TEMPS AUTRES MOEURS


elaouina_air.jpg


L'aéroport d'El Aouina vu du ciel en 1953
Aucune cloture n'entoure l'aérogare et le vaste parking prévu pour moins d'une centaine de voitures est loin d'être saturé. On peut accompagner ceux qui partent jusqu'au bord de la piste qu'ils traversent à pied en évitant de les mettre dans les flaques d'huile perdue par les moteurs à pistons.


elaouina_embarquement.jpg
L'embarquement des passagers côté aérogare


elaouina_piste.jpg
L'embarquement des passagers côté piste

Pour la petite histoire: Ce jour là, le Bréguet deux ponts est parti en retard parce que le petit que l'on voit au premier plan à droite, en se retournant pour dire au revoir avant de monter dans l'avion, a mis son pied entre l'escabeau et la carlingue et s'est déchiré le mollet sur une bonne longueur. Alain, si tu me lis....

Bertrand 18 jul 2005 à 20:59 (CEST)