ALGERIE POLITIQUE - Histoire de l'OAS

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : Navigation, rechercher

Sommaire


Retour



Rédaction Alternative Ceci est un essai en ligne d'un système de travail croisé visant à améliorer la présentation ou l'organisation d'un article.




PREAMBULE



En ce temps là, l'ALGERIE c'était 5 fois la FRANCE et ses habitants comptaient 1.200.000 français d'origine européenne et 8.000.000 de musulmans. Quand le général de GAULLE arrive au pouvoir suite au soulèvement du 13 Mai 1958, la guerre dure depuis 4 ans. Pendant encore 4 ans beaucoup de gens vont mourir sans savoir qu'en haut lieu on a décidé d'abandonner l'ALGERIE.
Contre cet abandon d'une partie du Territoire National il y eut plusieurs révoltes, la dernière, celle de l'OAS dura 17 mois.



Les PREMICES de la REVOLTE




On peut remonter au 6 Février 1956. Ce jour là ALGER descend dans la rue pour exprimer son désespoir au Président du Conseil, Guy MOLLET, qui manifestement avait l'intention d'abandonner l'Algérie en nommant le général CATROUX au poste de Gouverneur. Les Français d'Algérie prennent conscience alors que le pire peut arriver, c'est à dire l'Exode, et aussi, qu'ils représentent une force qui peut faire basculer le destin. Et l'Armée comprend que pour la nième fois le pouvoir politique est prêt aux compromissions.

Février 1957 : l'attentat au bazooka contre le général SALAN (mort du commandant RODIER). Parmi les personnes arrétées : TRONCY, KOVACS, CASTILLE, FECHOZ, DELLAMONICA, ORTIZ, LAURATOUR, CALLE, WATTIN, RIZZA, etc.... des noms que l’on retrouvera plus tard dans l’OAS. Ces contre-terroristes reconnaitront au total 14 attentats. Cette affaire eut un enterrement de 1ère classe. Sur ordre du garde des sceaux, François Mitterrand, le procureur général d’Alger est dessaisi du dossier au profit de la justice militaire. Les prévenus seront libérés discrètement et le seul en fuite sera condamné par contumace. Au procés du Putsch d'Alger, François MITTERRAND affirmera que Michel DEBRE était impliqué dans cet attentat.

Guy MOLLET a cédé mais la même situation se reproduit le " 13 Mai 1958 où Pierre PFLIMLIN est appelé à gouverner la France et ne cache pas son sentiment d'abandonner l'Algérie. Ce 13 Mai, à nouveau, ALGER fait plier le gouvernement et la 4ème République vacillera devant l'ampleur du mouvement.

Le Général De Gaulle accède au pouvoir grace au soulèvement de l'ALGERIE mais dans les mois qui vont suivre les Pieds Noirs et l'Armée vont découvrir les ambiguités de la pensée Gaullienne. Dans les diverses mémoires qui ont paru depuis on peut lire que l'Algérie était un "boulet" pour le général De Gaulle et cela contrariait ses desseins d'une politique de "grandeur" pour la France. Pendant 4 ans beaucoup de gens vont mourir pour une cause perdue, sans le savoir.

Ces ambiguités vont progressivement conduire à l'affrontement entre De Gaulle et les partisans de l'Algérie Française.

- Le 11 Novembre 1958, Joseph ORTIZ, sentant le début de la fin, crée le FNF (Front National Français), une organisation para-militaire se basant sur les UT (Unités Territoriales, unités militaires composées de Pieds Noirs). Il sera entouré du Docteur PEREZ, Marcel RONDA (Industriel), LAQUIERE (Avocat), Jean Jacques SUSINI (étudiant), SAPIN-LIGNIERES, . Cette organisation militante conduira MASSU à considérer ORTIZ comme l'interlocuteur de la Résistance Française et le Commandant NAVARRO servira d'agent de liaison entre les 2 hommes.

- Le 16 Septembre 1959, De Gaulle abat une partie des cartes en prévoyant un référendum d'autodétermination, remettant en cause l'intégrité du territoire Français qu'était l'Algérie.



LES BARRICADES




- Le limogeage du général MASSU provoque le 24 Janvier 1960 une situation insurrectionnelle à ALGER qu'on appelera la semaine des BARRICADES. Une réunion le 23 Avril chez le capitaine ROUY réunira le général FAURE, le colonel ARGOUD, le colonel GARDES, ORTIZ. Ils décideront le scénario insurrectionnel qui débouchera sur la fusillade (20 morts, 47 blessés) et les Barricades de la rue Michelet. L'Armée hésitera à braver De Gaulle (Challe y croit encore) et la centaine d'hommes qui s'étaient retranchés devront se rendre.

- Le 14 juin 1960 est crée le FAF (Front de l'Algérie Française) sur l'initiative de Jean Brune, Seguin, Tabarot, Pierre BRUNO et Dominique ZATTARA. Le FAF fédère toutes les tendances de l'Algérie Française. Il sera présidé par le Bachaga BOUALEM, entouré de 5 députés IOUALALENE, OAULI, LARADJI, CASSOU et PORTOLANO.

- Le 30 Octobre 1960, le général SALAN qui s'était installé à ALGER, est expulsé et choisit de s'exiler en Espagne.

- Le 9 décembre 1960 le général De GAULLE fait un voyage provocateur en Algérie[1]. Jean MORIN via la SAU de BELCOURT (capitaine Jean BERNHARDT) fait descendre les musulmans aux cris de "Vive De Gaulle". C'est l'embrasement des manifestations françaises et musulmanes qui se termineront dans un bain de sang. Le mal est fait. Les musulmans ont définitivement compris que la France abandonne l'Algérie.


LA CREATION de l'OAS




- Janvier 1961 : Création du maquis du Capitaine SOUETRE près de Mostaganem.

- Le FAF est dissous et l'OAS est crée officiellement le 10 février 1961 lors d'une réunion en ESPAGNE entre SALAN et LAGAILLARDE. .

- 31 Mars 1961, bombe OAS au domicile du Maire d’EVIAN qui est tué. EVIAN est la ville où se déroulent les discussions entre le FLN et De Gaulle.


LE PUTSCH




- Le PUTSCH d'Alger le 22 Avril 1961. Challe se refuse à utiliser la force et se rend au bout de 4 jours. L'échec du Putsch condamne l'Algérie. C'est tellement tragique (pour ceux qui ont cru que la France devait rester en Algérie) que le désespoir les amène dans l'OAS, dernier et ultime combat pour conserver l'Algérie à la France. Dans les semaines qui suivent les vagues d'épuration se succèdent, le contingent étant appelé à dénoncer les officiers "Algérie Française".

De Gaulle accélère les négociations avec le FLN et pendant ce temps l'OAS s'organise.

A la tête de l'OAS on trouve : SALAN, JOUHAUD, GARDY, GODARD, PEREZ, DEGUELDRE, SUSINI, LEROY, GARDES.

SUSINI fera un peu bande à part, boudé par ses collègues. Il montera son propre réseau (les commandos "Z" avec Michel LEROY, René VILLARS, ZAGAMME et le lieutenant DELHOMME). LAGAILLARDE s'est exilé en Espagne ainsi que le colonel ARGOUT. Le capitaine SERGENT estime quant à lui que le combat décisif est en métropole et s'installe dans la région parisienne.


L'AFFRONTEMENT




oas_1.jpg

- 19 Mai 1961, 19 plasticages à ALGER.

- 20 Mai 1961 : Reprise des négociations avec le FLN et la France décide à nouveau d'une trève unilatérale.

- 31 Mai 1961, assassinat par l’OAS du commissaire GAVOURY à Alger.

- 2 juin 1961 : Au camp de Valdahon, dans le Doubs, 200 capitaines en stage conspuent le colonel qui se félicitait de l'échec du Putsh (information à vérifier).

- 7 Juillet 1961 : AILLERET remplace GAMBIEZ.

- 11 Juillet 1961 : Manifestations pro-FLN : 80 manifestants tués, 250 blessés.

- 12 Juillet 1961 : verdicts du PUTSCH :
... Généraux CHALLE, ZELLER, BIGOT ........... 15 ans
... Général NICOT ............................ 12 ans
... Généraux FAURE et VAUDREY ................ 10 ans
... Commandant Hélie de SAINT MARC ........... 10 ans
... Colonel MASSELOT et LECOMTE .............. 8 ans
... Général GOURAUD, Colonel De La CHAPELLE .. 7 ans
... Bernard de NEDDE ......................... 7 ans

Début de l'article

- 18 au 22 Juillet 1961 : La TUNISIE attaque la base navale de BIZERTE. Réaction inattendue de De GAULLE : 650 morts, 1.500 blessés chez les Tunisiens.

- 21 Juillet : Accrochage près de BOUIRA (22ème BCA) : Parmi les blessés, Si SALAH enchainé. Un communiqué déclarera qu'il est mort en combattant, enn fait assassiné sur ordre de l'Elysée par le 11ème choc.

- 5 Aout 1961, 1ère émission pirate télévisée de l’OAS.

- 6 au 26 Août 1961 : Début du 4ème congrés FLN à TRIPOLI auquel assiste 2 européens : LOCUSOL (qui sera tué par l'OAS) et CHAULET. BEN KHEDDA remplace FERHAT ABBAS à la tête du GPRA.

- 8 Août 1961 : Si MOHAMED (affaire Si SALAH) est tué par le 11ème Choc.

- 16 Août 1961 : Fin de la trêve unilatérale.

- 21 Aout 1961, 1ère édition pirate de journaux par l’OAS.

- 31 Août 1961 : Assassinat par l'OAS du commissaire OUAMRI.

- Dès sa naissance, l’OAS a été infiltrée par les dénommés Barthélémy ROSSELLO, André PALACCIO et PASANI, qui ont le temps de faire des dégâts avant d’être démasqués et abattus.

- 5 Septembre 1961 : De GAULLE cède sur le SAHARA.

- 7 Septembre 1961, arrestation de Maurice GINGEMBRE par le colonel DEBROSSE. La saisie de multiples documents entraine l’arrestation du colonel DE BLIGNERES, des généraux VANUXEM et CREVECOEUR, etc....

- Vendredi 8 septembre 1961 : Attentat de Pont sur Seine contre De Gaulle. Arrestation "par hasard" de Villemandy qui fait des aveux complets. Arrestation de ROUVIERE, BARBANCE, MANOURY, BELVISI, De la PRADE. Seul le chef n’est pas démasqué, un certain "Germain" qui pourrait être Bastien-Thierry....

- 20 septembre 1961 : la taupe "Benoit" fait ses offres de services à Alexandre Sanguinetti moyennant finances. Il sévira pendant plusieurs années sans se faire démasquer et provoquera le démantèlement des réseaux OAS métropolitains.

- 22 Septembre 1961, première grande soirée de concert "casseroles" à Alger.

- 30 Septembre 1961, assassinat à Alger par l’OAS du commissaire GOLDENBERG.

- 2 Octobre 1961, l’OAS "liquide" le "milieu" truand d’ALGER soupçonné de collaboration avec le MPC.

- 17 Octobre 1961 : Importante manifestation pro-FLN à PARIS contre le couvre-feu instauré pour les seuls algériens. 25.000 personnes avec drapeaux verts et blancs etc... Heurts avec la police : une centaine de morts et 11.000 arrestations.

- 31 Octobre 1961, assassinat par l’OAS à Alger du commissaire PELLISSIER.

- 10 Novembre 1961, assassinat à Alger par l’OAS du commissaire JOUBERT.

- 12 Novembre 1961, un scout car de la gendarmerie mobile est attaqué par l’OAS rue Michelet en plein centre d’Alger : 4 gendarmes mobiles tués.


- Le 12 novembre 1961 à minuit les "BARBOUZES" déclenchent les hostilités. Une centaine d’hommes sont lâchés dans la ville pour infiltrer les réseaux OAS et couvrir les murs d’affiches. S’ajoute une campagne d’intoxication des médias qui reproduisent et diffusent les communiqués du MPC incitant les Européens à se démarquer de l’OAS.

- 20 Novembre 1961, l’OAS assassine à Alger LEVY William, dirigeant SFIO.

- 20 novembre 1961, nouvelle tactique des barbouzes : le plasticage d’endroits fréquentés par les européens en faisant croire que c’est l’OAS qui a frappé, afin de désorienter la population Française. Les 20 et 21 novembre 1961, cinq commandos en voiture font sauter l’Otomatic, le Tantonville et le Cheval Blanc. Deux jours plus tard, le Joinville, le Coq Hardi et le Viaduc sautent à leur tour. Dégâts considérables, surtout sur le plan psychologique. Tous ces établissements étaient très fréquentés par les Européens.

- 22 Novembre 1961, nuit bleue à Paris : 22 plasticages par l’OAS.

- 23 Novembre 1961 : De Gaulle réunit 5.000 officiers à strasbourg. Lorsqu'il entonnera la Marseillaise, un seul officier l'accompagnera. La grogne des officiers n'ira pas plus loin.

- 28 novembre, André PALACCIO qui avait en charge de retrouver la trace du général SALAN, est gravement blessé par balles à Alger. Son frère est abattu le jour même à Maison Carrée.

- 6 Décembre 1961, le Conseil des Ministres dissout l’OAS.

- 12 décembre 1961, première opération d’envergure menée par les commandos Deltas. Une villa située à La Redoute, rue Séverine, où habitent des responsables "barbouzes", BITTERLIN, GOULAY et autres... est attaquée.

- 14 Décembre 1961, l’OAS fait sauter dans le port d’Alger le navire qui servait de relais radio aux Autorités.

- 16 Décembre 1961, le colonel RANSON, chef de la Sécurité Militaire (2ème bureau) à ORAN est tué pour sa collusion avec les "barbouzes".

- 19 Décembre 1961 : Manifestation anti-OAS à PARIS, sévèrement réprimée: 100 blessés.

- Le 22 décembre Claude VEILLARD, "barbouze et gorille" du vice président du conseil général d’Alger fait sauter le restaurant " Le grand Rocher " repaire de l’OAS. Douze morts sont ramassés dans les décombres.

- Le 24 décembre au soir, quatre Vietnamiens enlèvent, square Bresson, Paul SINTES, le fils du patron du Café des Consulats et sa fiancée Angèle. Leurs corps seront retrouvés par les gendarmes sur la plage de Castiglione. Tués tous deux d’une balle dans la nuque, la jeune fille elle, a été violée et empalée. Elle a eu les ongles arrachés et la pointe des seins coupée au rasoir. Ils avaient tous deux vingt ans.

- Nuit du 30 au 31 décembre 1961, le Barbouze Marcel HONGROIS dynamite un café rendez vous de l’OAS et des domiciles de ses représentants.

- 31 décembre 1961, attaque au bazooka du repaire "barbouzes" de la rue Faidherbe par six commandos deltas. Après le décrochage des deltas, le sous brigadier François PAOLI est tué par les "barbouzes" qui le confondent avec un renfort OAS. Quatorze morts et deux blessés coté barbouzes qui ne déclareront qu’un seul blessé.

- 1er janvier 1962 "Michel MASSENET", adjoint de Degueldre, est tué à main nu par un vietnamien.

- 3 Janvier 1962, accrochage meurtrier entre le FLN et l’OAS à ORAN : 19 morts. Exécution du communiste LOCUSSOL à Alençon.

- 4 Janvier 1962, attaque du siège du parti communiste à Paris par l’OAS.

- 8 Janvier 1962, le colonel "CHATEAU JOBERT" prend le commandement de la zone OAS Constantinoise.

- 12 janvier 1962 Michel LIEVIN des commandos delta est capturé puis torturé par les vietnamiens d’ALCHEIK.

- 18 Janvier 1962, nuit bleue à Paris : 17 plasticages OAS.

- 19 Janvier 1962, l’OAS élimine deux de ses membres importants (LEROY et SARRADET) qui étaient entrés en contact avec "l’ennemi" en vue de créer un partionnement de l’Algérie.

- 22 Janvier 1962, plasticage du QUAI d’ORSAY par l’OAS à Paris.

- Le 23 janvier 1962 nouvelle mission ordonnée par le ministre de l’intérieur : Détruire l’émetteur pirate de l’OAS Alger. José SALORD est enlevé et torturé ainsi que Albert CORONAL qui sera supplicié pendant plusieurs heures.

- Le 24 janvier 1962, les barbouzes enlèvent pour l’interroger (ou pour faire du chantage sur son père) le fils du commandant des territoriaux des barricades, SAPIN-LIGNERE à Paris.

- Fin janvier 1962 : arrestation de Marcel BOUYER et de son réseau : GEVAUDAN, BARBERA, VILAR, CASTILLE.....

- Le 27 janvier 1962 Henri VINENT est capturé et atrocement torturé dans la cave de la villa "Andréa". Le chef des tortionnaires est un vietnamien, répondant au nom de "SUNGSUNG". Il porte une carte de la Sûreté Nationale numéro 804.

- 28 Janvier 1962, Alexandre TISLENKOFF, technicien radio des émissions pirates est à son tour kidnappé. Il est torturé vingt quatre heures durant. Malgré ces traitements inhumains, TISLENKOFF résiste à ses bourreaux. On lui arrache les ongles, puis un œil.. Il a été sauvé après l’explosion de la villa Andrea. Il est décédé en France d’un arret cardiaque bien des années plus tard. Un de ses collaborateurs est également intercepté. Il sera achevé d’une balle dans la nuque et enterré dans le jardin. La plainte déposée contre Pierre LEMARCHAND par TISLENKOFF, le 17 février 1966 n’aboutit pas plus même si une enquête fut ordonnée. Il a écrit en 1966 un livre intitulé "j’accuse LEMARCHAND" qui n’a jamais recu l’autorisation de publication.

- 29 Janvier 1962 : Des déménageurs Bedel livrent deux caisses lourdes et volumineuses au siège des Barbouzes: Enorme explosion et champignon de fumée au-dessus des hauts d’Alger. 180 kilos d’explosifs plus quelques grenades défensives détruisent la villa Andréa; Bilan : quarante barbouzes calcinés. Parmi les rares survivants, trois prisonniers, dont deux membres de l’OAS, qui ont été torturés dans la cave et que l’arrivée de l’imprimerie a sauvé de justesse. Il s’agit de Henri VINENT, aide-radio, d’Alexandre TISLENKOFF, responsable ses émissions Pirates de l’OAS, et d’un chef de chantier Jacques GOSSELIN. Un commandant de la gendarmerie mobile s’opposa à leur exécution sommaire par Christian DAVID "le beau serge".

- 7 Février 1962, le capitaine "LE PIVAIN", de l’OAS, est tué par les gendarmes mobiles, probablement sur renseignements.

- 8 Février 1962 : manifestation syndicale et politique à Paris pour la paix en Algérie : 8 morts et 100 blessés au métro Charonne.

- 12 février 1962, des barbouzes s’installent à l’hôtel "RADJAH".

- 13 Février 1962, un commando Delta mitraille le nouveau repaire. Les barbouzes ripostent : quatre Deltas sont tués.

- 14 Février 1962, violents combats entre commandos OAS et Gendarmes Mobiles à Alger et Oran.

- 11 au 18 Février 1962 : Pourparlers des ROUSSES dans le Jura.

- le 15 février 1962, à partir de 6 h 30, Roger DEGUELDRE vient en personne et en force, avec half-tracks lance-roquettes et mitrailleuses pour attaquer l'hotel RADJAH. Nombreuses victimes parmi les "Barbouzes" dont les blessés seront "attendus" aux abords de l’hopital Maillot, mitraillés et achevés par la foule.

- 18 février 1962, deux pilotes OAS mitraillent et bombarde les camps FLN à OUJDA au MAROC avec des avions T6.

- 22 Février 1962 : attentats FLN à ALger : 23 morts.

- 25 Février 1962 : Les attentats FLN et OAS à ALGER font 70 morts.

- 27 Février 1962, la caserne de la gendarmerie mobile de Maison Carrée est attaquée au bazooka par l’OAS. Les stocks d’essence et de munitions explosent.

- le 27 février 1962, des "barbouzes" dont plusieurs Vietnamiens, font irruption dans les locaux du service du personnel des Usines Berliet à Rouiba, brandissant des cartes de police et emmènent l’ingénieur PETITJEAN soupçonné à tort d’appartenance à l’OAS. Il sera torturé et retrouvé près d’Orléansville coupé en morceaux. Reconnu peu après par des témoins, arrêté, l’un des assassins est relâché par le procureur de la République, à cause d’une erreur de nom.

- 1er MARS 1962 : Le FLN massacre affreusement la famille qui gardait le stade de LA MARSA (les enfants ont la tête écrasée contre le mur). L'OAS fait exploser à ORAN 2 voitures piégées dans les quartiers musulmans : 23 morts, 32 blessés.

- 2 Mars 1962, l’OAS pénètre dans les prisons d’Alger et d’Oran et "liquide" les prisonniers FLN.

- 5 Mars 1962, nuit "bleue" à Alger, 130 explosions de plastic.

- 7 Mars 1962 : ouverture des négociations d'EVIAN.

- Le 7 mars 1962 Roger Frey donne l’ordre à "Jean MORIN" de mettre fin aux activités des "barbouzes" du MPC et de rapatrier discrètement en métropole les survivants. C’est donc la fin officielle des "Barbouzes" . Le coût financier sera de l’ordre d’1 milliard et demi d’anciens francs, le bilan humain de 100 barbouzes tués (la moitié de l’effectif) et 200 cents morts ou disparus coté OAS. Les barbouzes tués seront ensevelis sans tambours ni trompettes aux cimetières de Sainteny et de Champigny au hasard des places disponibles. Il est probable que quelques éléments restèrent en Algérie après cette date.

- 10 Mars 1962, Une camionnette piégée explose à Issy-les-Moulinaux, trois morts, nombreux blessés. Le gouvernement s’empresse de mettre cet attentat au compte de l’OAS qui dément et accuse les barbouzes gaullistes de provocation. Trois individus sont arrêtés le 31 mars, mais immédiatement remis en liberté, le ministère de l’intérieur refusant de confirmer un fait connu de tous les journalistes qui faisaient les commissariats. Ces trois hommes ont ensuite disparu de toute procédure, et aucun suspect ne sera arrêté ni interrogé à ce sujet.

- Une auto piégée explosera aussi dans la cour du ministère des affaires étrangères, un mort et 33 blessés. L’O.A.S. est accusée par les médias mais à ce jour, on sait que c’est à la demande du premier ministre DEBRE que MELNIK a monté cette action avec ses hommes de main. Il le raconte en détail dans son livre "1000 jours à MATIGNON".

- 15 Mars 1962 : 6 intellectuels musulmans inféodés au FLN exécutés par l'OAS au BEAU FRAISIER

- Le 19 Mars 1962, l'OAS est arrivée à l'apogée de sa puissance grâce en particulier à la neutralité bienveillante de l'Armée. Les accords d'EVIAN ayant été signés (Krim Belkacem et Joxe), il n'y a plus rien à perdre. SALAN ordonne la guerre totale. Dans les différentes décisions prises certaines vont se révéler néfastes: La création des maquis qui auront une vie éphémère et l'ordre de désarmer les unités de l'armée qui pénètreraient dans Bab El Oued. Signature du Cessez-le feu

- 20 Mars 1962 : Grève générale OAS à ALGER et ORAN.

- 21 Mars 1962 : Affrontement à SAINT DENIS du SIG entre Harkis et FLN : 100 morts de part et d'autre.

- 22 Mars 1962 : l'OAS tire 6 obus de mortier sur le bas de la CASBAH: 24 morts, 50 blessés. Les condamnés FLN sont amnistiés. Une patrouille blindée de la gendarmerie mobile est attaquée en plein centre d'ALGER : 18 gendarmes tués, 25 blessés.

- 23 Mars 1962 : Hold up OAS à ORAN : 2 milliards de francs (anciens) dérobés.
BAB EL OUED : le désarmemnt de plusieurs patrouilles par l'OAS tourne à l'affrontement faisant plusieurs morts parmi les militaires. A midi bouclage total de BAB EL OUED par l'Armée. Affrontement toute la journée avec intervention des blindés et de l'aviation : 15 tues et 77 blessés chez les forces de l'ordre, 18 tués et 58 blessés chez les civils. BAB el OUED restera bloqué plusieurs jours, les gendarmes dévasteront les appartements sous prétexte de fouille et les arrestations sont nombreuses (15.000). Les commandos réussiront à s'échapper avant le bouclage avec l'aide des Deltas de DEGUELDRE et d'un colonel sympathisant qui tardera à verrouiller le coté de St Eugène.
A ORAN les combats entre gendarmes et OAS font 10 morts. le préfet de Police se réfugie à Mers El KEBIR.

- 25 Mars 1962 : Arrestation (par hasard) à ORAN du général JOUHAUD, du lieutenant de vaisseau GUILLAUME ("Le CRABE TAMBOUR") et du commandant GAMELIN. Des officiers sympathisants, en détournant une opération de bouclage pour saisir l'émetteur pirate de l'OAS, font perquisionner un immeuble front de mer où se trouvait le numéro 2 de l'OAS. JOUHAUD qui disposait de papiers en règle est néanmoins reconnu in extrémis par un policier.

- 25 Mars 1962 : Création du maquis OAS de "l'OUARSENIS". Une centaine d'hommes embarque dans un train "affrété" par l'OAS, avec à leur tête le capitaine POUILLOUX et accompagnée par le colonel GARDES. L'objectif est de contrôler un territoire qui semble proprice avec à l'intérieur les 15.000 hommes du bachaga Boualem, un bataillon de Tirailleurs commandés par la commandant BAZIN et de nombreux officiers SAS acquis au mouvement. Les soutiens espérés se manifestent parcieusement, l'aviation réagit vigoureusement, l'Armée Française s'allie au FLN pour combattre les maquisards ... Le Commandant BAZIN, blessé, sera exécuté par le FLN, une dizaine de maquisards tués et 91 faits prisonniers. Cette opération se solde par une hémorragie de cadres : Parmi les personnes arrétées : les capitaines POUILLOUX, MONTAGNON, les lieutenants DELHOMME, BERNARD, "MADAOUI", PORTE ....


- 26 Mars 1962 : A Alger les manifestants Européens marchent sur BAB EL OUED encerclé. Le cortège précédé de drapeaux tricolores chante la Marseillaise quand une unité du 4ème RTA, composé de musulmans hostiles (ils ont déjà peint leurs casques en vert) ouvre le feu sur la foule: 80 morts, 200 blessés. 8 de ces tirailleurs seront égorgés ultérieurement, d'autres seront décorés de la croix de la valeur militaire avec citation. L'utilisation de tirailleurs musulmans mal encadrés et hostiles était probablement une provocation voulue. L'enquète démontrera que 102 tirailleurs ont utilisé leur arme dans cette boucherie qui sonne le glas du combat de l'Algérie Française. Les Pieds Noirs comprennent que l'Armée a basculé contre eux. "L'exode" qui avait déjà commencé s'amplifie. C'est le 26 mars que la combativité des partisans de l'Algérie Française s'est effondrée.

- 29 Mars 1962 : Fin du blocus de BAB EL OUED : 15.000 civils arrétés, 7.000 appartements fouillés et saccagés.

- 30 Mars 1962 : L'OAS crée le CNR (Conseil National de la Résistance). BIDAULT en prend la présidence.

- 31 Mars 1962 : 1670 désertions en Mars dans l'Armée Française.

- 2 Avril 1962 : début de l'exode massif des Pieds Noirs.

- 5 Avril 1962 : Les 15.000 personnes arrétées à BAB el OUED sont relachées.


Début de l'article

LE DEBUT de la FIN




- 7 Avril 1962 : Arrestation du lieutenant DEGUELDRE, chef des commandos Delta de l'OAS, donné probablement par une personne arrétée dans l'Ouarsenis..

- 8 Avril 1962 : Référendum en Métropole (seulement) sur les accords d'Evian : 91 % de OUI.

- 9 Avril 1962 : Bombardement à l'arme lourde du PALAIS d'ETE à ALGER par l'OAS.

- 10 Avril 1962 : Mise en place d'une force locale "ATO" composée de musulmans armés.

- 11 Avril 1962 : Fin du maquis OAS de l'OUARSENIS, attaqué conjointement par le FLN, l'Armée Française et l'Aviation : quelques tués et 50 prisonniers.

- 12 Avril 1962 : début des enlèvement massifs d'européens. On en comptera au total 4.000 ou plus.

- 13 Avril 1962 : JOUHAUD condamné à mort.

- 14 Avril 1962 : GERYVILLE : accrochage entre l'armée française et le FLN : 2 militaires et 26 FLN tués.

- 19 Avril 1962 : Le Conseil des Ministres rejette la proposition de rappatriement des Harkis.

- 20 Avril 1962 : SALAN et le capitaine FERRANDI sont arrétés à Alger. SALAN pensait pouvoir s'allier aux MESSALISTES, écartés des accords d'Evian. En l'occurrence, les messalistes du caïd Belhadi. Salan y croit ferme. N'est-il pas en correspondance avec le caïd, par l'intermédiaire d'un ex-adjudant chef de la I0e D.P. : Jean-Marie Levanceau. Ce 20 avril à 12 h, dans le petit studio de la rue Desfontaines ce dernier fait au général un rapport sur ses contacts. Ils sont prometteurs. La conversation roule sur la situation en métropole, sur André Canal, sur Georges Bidault. "Ferrandi, faites en sorte que notre ami ait l'autorisation de l'O.A.S, pour quitter Alger sans encombre. Au revoir" dit SALAN. Levanceau: " Mes respects, mon général". Levanceau prit congé. Les gendarmes étaient derrière la porte. Amenés par Levanceau. Le soir, "SALAN" couchait à la Santé.

- 25 Avril 1962- FOURQUET remplace AILLERET et Christian FOUCHET devient le HAUT COMMISSAIRE de FRANCE en ALGERIE en remplacement de JEAN MORIN.

- 30 Avril 1962 : Désertions et attentats se multiplient.

- 2 Mai 1962 : Voiture OAS piégée sur le port d'ALGER et bombardement de quartiers musulmans: 140 musulmans tués et 300 bléssés.

- 5 Mai 1962 : Arrestation de "CANAL", responsable OAS Métropole.

- 8 Mai 1962 : Le général KATZ dit :"... donnez moi un bataillon de l'ALN et je réduis l'OAS à ORAN...".

- 11 Mai 1962 : 6.000 jeunes pieds noirs de 18-20 ans sont incorporés d'office sous les drapeaux et envoyés en métropole.

- 12 Mai 1962 : Dans une note ministérielle, MESSMER spécifie que les arrivées en France des Harkis "dues à des initiatives individuelles..." représentent une infraction caractérisée". Louis JOXE fait de même en menaçant de sanctions les militaires français qui organisent le repli en métropole de leurs Harkis et ordonna même le rappatriement de ceux qui venaient de débarquer.

- 14 Mai 1962 : Mitraillage de café par le FLN à ALGER : 17 morts.

- 15 Mai 1962 : Riposte de l'OAS : 56 musulmans tués.

- 18 Mai 1962 : Au procés de SALAN, François MITTERRAND met en cause MICHEL DEBRE dans l'affaire du Bazooka. Entrevue FARES-SUSINI pour une tentative d'accord FLN-OAS. Le Bachaga BOUALEM quitte l'Algérie avec ses Harkis.

- 20 Mai 1962 : A la demande du FLN, 112 policiers et militaires français sont mutés en France.

- 23 Mai 1962 : SALAN condamné à la prison à perpétuité, provoquant la colère de De GAULLE. Le Haut Tribunal Militaire, jugé trop "mou" est remplacé par une Cour de Justice (par ordonnance).

- 12 juin 1962 : démantèlement du réseau Est qui voulait tuer De Gaulle à VESOUL (opération "CHAMOIS" destinée à tuer De Gaulle dans le LIMOUSIN : arrestation du commando venu spécialement d’Alger (BLANCHY, SLIEBODA, ....)

- 3 juin 1962 : BIRTOUTA : 27 enlèvements dont 8 européens.

-7 Juin 1962 : Albert DOVECAR et Claude PIEGTS, condamnés à mort, sont fusillés.

- 11 Juin 1962 : Le président de la nouvelle Cour de Justice, LARMINAT, se suicide.

- 14 Juin 1962 : Le général KATZ échappe à un attentat OAS, le général GINESTET est tué à sa place. Assassinat du colonel MABILLE par l'OAS.

- 15 Juin 1962 : Politique de la terre brulée à ALGER ordonnée par le Dr PEREZ et Jésus de Bab el oued : La mairie d'Alger est ravagée par une bombe OAS : 40 victimes, les facultés, l'université, l'hopital Mustapha, la Préfecture de Police, etc ... sont dynamités. Le Palais d'Eté est bombardé. Le Rocher Noir ne sautera pas suite à une erreur de celui-ci qui devait conduire cette action.

- 17 Juin 1962 : "Accord SUSINI-FLN" (Chouki MOUSTEFAI), comdamné par les autres responsables de l'OAS.

- 19 Juin 1962 : SALAN se rallie aux accords SUSINI.

- 20 Juin 1962 : 1800 auxiliaires musulmans remplace 1.500 gardiens européens. Dispute au FLN sur l'accord avec SUSINI.

- 21 Juin 1962 : Une directive interdit aux forces de l'ordre de mener des opérations au profit de personnes menacées.

- 25 Juin 1962 : l'OAS met le feu sur le port d'ORAN à un dépot de carburant qui brulera 3 jours.

- 26 Juin 1962 : les camions militaires français exhortent par haut-parleurs les civils européens à fraterniser avec les musulmans.

- 27 Juin 1962 : dernière émission pirate de l'OAS à ORAN. GARDY et les commandos OAS quittent ORAN pour l'ESPAGNE. GARDY sera tué dans un accident de la route en 1975.

- 28 Juin 1962 : DEGUELDRE est condamné à mort.

- 30 Juin 1962 : BEN BELLA se désolidarise avec le GPRA.

- 1er Juillet 1962 : Référendum "bidon" en Algérie, approuvé à 99 %. MESSALI HADJ dissous le MNA et le remplace par le PPA.



L'EXODE




- 2 juillet 1962 : Les derniers commandos de l'"OAS" quittent ALGER

- 3 Juillet 1962 : De GAULLE reconnait l'indépendance de l'Algérie. Désertions massives de musulmans de l'armée française.

- 5 juillet 1962 : Proclamation de l'Indépendance par BEN KHEDDA qui sera le 1er président. Il sera remplacé rapidement par BEN BELLA.

- 5 Juillet 1962 : "L'Agonie d'ORAN". Massacre de civils européens sans défense à ORAN (2 à 3.000 morts et disparus) pendant que l'armée française reste l'arme aux pieds sur ordre du général KATZ. Une exception : le lieutenant Rabah KELIFF, d'origine musulmane, qui avec ses 300 hommes libère 400 européens enlevés.

- Amnistie générale .... pour le FLN seulement.

-6 Juillet 1962 : Le lieutenant Roger DEGUELDRE est fusillé au fort d'IVRY. 18 officiers qui s'étaient récusés pour former le peloton d'exécution sont sanctionnés (Jean de VERNES, Michel CABANES, Michel MARTET, etc...).

Début de l'article

Le GENOCIDE des HARKIS





- 8 Juillet 1962 : Début des massacres organisés de HARKIS (plus de 100.000 morts) dans des conditions atroces : certains seront écrasés par des camions, d'autres égorgés, d'autres seront employés avec leurs familles au déminage des frontières, etc....). HELIE de SAINT MARC dira dans son livre "les champs de braises" : "... on a beaucoup parlé de la rafle du Veld'hiv, on a passé sous silence le génocide des "HARKIS"....".

- 15 Juillet 1962 : Louis JOXE continue la chasse à ceux qui ont aidé les harkis à rentrer en métropole.

- 17 Juillet 1962 : Le consul de France de France en Agérie est sodomisé sur la plage de Sidi FERRUCH.

- 23 Juillet 1962 : Fusillade dans le centre d'Alger : nombreux morts parmi les européens.

- 27 Juillet 1962 : BEN BELLA et BOUMEDIENNE destituent BEN KHEDDA.

- 30 Juillet 1962 : Mohamed BOUDIAF est arrété à M'SILA. Relaché il vivra en exil en France avant de revenir en Algérie comme Président et y sera assassiné.

- 9 Aout 1962 : 4 Légionnaires désarmés sont tués près de LAGHOUAT.


LE CNR




- 10 Aout 1962 : Mandat d'Arrêt international contre Georges BIDAULT qui a crée le CNR, successeur de l'OAS.

- 20 Août au 30 Septembre 1962 : Combats entre Willayas dans les Aurès et en KABYLIE : 1.500 morts.

- 21 Août 1962 : Le monument aux morts d'ALGER est bétonné faute de pouvoir être détruit facilement.

- 22 aout 1962 : attentat du Petit Clamart, 3ème essai semble-t-il de Bastien-Thierry. Le réseau est démantelé suite à un coup de téléphone anonyme.

- 28 Août 1962 : 2 patrouilles françaises qui se portent au secours d'un fermier sont attaquées : 6 tués, 15 blessés.

- 14 février 1963 : arrestation du commando qui voulait tuer De Gaulle à l’école militaire.


LA FIN




- 20 février 1963 : démantèlement du commando de Gilles BUSCIA (20 personnes arrétées). Gilles BUSCIA s’évadera de Fresnes.

- 26 février 1963 : enlèvement du colonel ARGOUD en Allemagne.

- Juillet 1963 : démantèlement de l’imprimerie de l’OAS.

- 10 Octobre 1963 : Nationalisation de tous les biens français en Algérie.

- 11 Mars 1963 : De Gaulle fait fusiller le Lieutenant-colonel Bastien Thiry chef exécutant de l'O.A.S
FRAF1F1.jpg

- 15 Novembre 1963 : dissolution du 11ème CHOC , soupçonné de sympathies OAS.

- 23 novembre 1963 : arrestation de CURRUTCHET à Dakar et transfert à Paris.

- 3 Janvier 1964 : Assassinat de Mohamed KHIDER à MADRID.

- 20 janvier 1964 : neutralisation d’un commando du MCR (colonel Chateau-Jobert) dans la région d’Orléans : Michel NAUD + 6 autres personnes.

- Février 1964 : démantèlement d’un réseau du capitaine SERGENT.

- 13 MAI 1964 : La France quitte REGGANE et COLOMB-BECHARD.

- Novembre 1965 : L’arrestaion de Gilles BUSCIA sonne le glas des opérations militaires de l’OAS.


Début de l'article

BILAN des PERTES en ALGERIE





Pertes militaires francaises
Au combat .................. tués : 23.400 blessés : 35.600
Accident ................... tués : 7.900 blessés : 29.400
maladie .................... 1.100

Militaires disparus ........ 900

Déserteurs ................. 10.000

Civils Européens tués ..... 5.000
Blessés européens .......... 7.500
Blessés musulmans .......... 14.000
Européens enlevés disparus . 4.000
Musulmans enlevés disparus . 150.600


Pertes FLN ................. 160.000 tués


Tués par l'OAS ............. 1.800
Blessés par l'OAS .......... 5.000
Plasticages ................ 12.300
Membres de l'OAS tués ...... 100
Membres de l'OAS emprisonnés 2.000


Répartition des rappatriés d'Algérie :

- Métropole .......... 1.100.000 dont 100.000 musulmans
- CORSE .............. 17.000
- ESPAGNE ............ 50.000
- ISRAEL ............. 10.000
- Divers ............. 15.000


PNB (Produit National Brut par Habitant) en Algérie

- 1960 ................. 1276 dollars
- 1993 ................. 2 dollars

PNB en France en 1993 .. 22.360 dollars


PROFESSIONS des militants OAS arrétés :
- Etudiants ............... 32 %
- Militaires .............. 18 %
- Professions Libérales ... 15 %
- commerçants, artisans ... 10 %
- employés, ouvriers ...... 17 %
- divers .................. 6 %


Autres articles à lire sur ce sujet


"le site de l'Algérie Française"
"Le site de l'ADIMAD"
[http://www.armand-belvisi.com/sommaire.htm "Le site de Armand Belvisi"



Livres à LIRE

.... [2]
Le livre de référence .... OAS de Pascal GAUCHON et Patrick BUISSON ...[3]
Le livre de vérité... Un témoignage historique..."L'Attentat" de Armand Belvisi [4]





Les STELES à la mémoire de l'ALGERIE FRANCAISE

Monuments déplacés



Les Cérémonies du 5 juillet à travers la France

PARIS: Les forces de l'ordre interdisent l'accès à l'arc de triomphe [5]
- SAINT RAPHAEL : [6]
- VENCE : [7],
Quelques photos : [8]




5 juillet 2009 - 5 juillet 2012 (incomplète) - Mix 5 juillet 2008 à 2010


Début de l'article
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Aidez-nous !
Chantier
Accès direct
Rédacteurs
Les sites de NJ
Boîte à outils