L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Historique Rabat - Ville

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.

Rabat

rabat.gif
MAROC

Rabat
Historique | Etat des lieux à l'arrivée des Européens | Etat des lieux à l'Indépendance
Plans de Rabat | Médiathèque | Quartier Rabat
Population | J'y ai vécu et je raconte | Bibliographie

rabat.gif

L’occupation du site de RABAT remonte au VIIIème siècle avant JC sur l’emplacement actuel du « CHELLAH », déformation du nom latin de « SALA », qui était le nom donné par les romains au fleuve « BOU REGREG ».

chellah.jpg

Après l’occupation romaine, les berbères s’installent de part et d’autre du fleuve. Un couvent fortifié « RIBAT » érigé au Xème siècle par des moines soldats va donner son nom à la cité.

Au XIIème siècle, YACOUB el MANSOUR, souverain ALMOHADE, fortifie la ville en l’entourant de deux immenses murailles percées de cinq portes. Il fait ériger la « TOUR HASSAN » qui est en fait le minaret, jamais terminé, de ce qui devait être la plus grande mosquée du monde. Si l’on se réfère aux critères de l’architecture ALMOHADE (5 hauteurs pour 1 largeur), la tour qui mesure 44 mètres aurait du s’élever à plus de 80 mètres du sol. Elle a été construite à partir de 1199 sur le modèle de la KOUTOUBIA de MARRAKECH. C’est également YACOUB et MANSOUR qui nommera définitivement la ville « RABAT el FATH » (Rabat de la victoire).

Le déclin de la ville suit la chute de cette dynastie et RABAT devient un repaire de brigands et de pirates.

En 1912, c’est LYAUTEY qui décide de faire de RABAT la capitale administrative du MAROC et impose au sultan MOULEY YOUSSEF de quitter FES pour RABAT.

A la fin du protectorat en 1956, le sultan MOHAMED V maintien ce choix comme le feront ses successeurs HASSAN II et MOHAMED VI.

RABAT, deuxième agglomération du pays, est le siège du gouvernement, du parlement et de l’autorité royale mais elle reste une ville marocaine authentique représentée emblématiquement par la « TOUR HASSAN ».

trhassan.jpg