L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Quartiers Saida - Ville : Différence entre versions

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.
(image)
m (Correction du lien)
Ligne 10 : Ligne 10 :
 
</center>
 
</center>
  
SAÏDA ('''Monument aux morts''' de), : En hommage à la mémoire de tous les militaires morts au cours de la colonisation, il fut décidé d’ériger sur la place de la mairie, un monument. La commande est exécutée par Robert Delandre, sculpteur normand, en 1908. Juché sur un piédestal, un officier au casque colonial, tient d’une main un drapeau. De l’autre, il pointe son épée vers un lion d’Afrique. L’inscription « Aux soldats de la Légion étrangère et de l’armée d’Afrique morts dans le Sud Oranais » est gravée sur le piédestal. Le 1er mai 1910, le monument est inauguré par Eugène Etienne, député d’Oran, ancien ministre de la guerre, entouré de cinq généraux. Parmi eux, le [[LYAUTEY Louis Hubert[Général Lyautey]].  
+
SAÏDA ('''Monument aux morts''' de), : En hommage à la mémoire de tous les militaires morts au cours de la colonisation, il fut décidé d’ériger sur la place de la mairie, un monument. La commande est exécutée par Robert Delandre, sculpteur normand, en 1908. Juché sur un piédestal, un officier au casque colonial, tient d’une main un drapeau. De l’autre, il pointe son épée vers un lion d’Afrique. L’inscription « Aux soldats de la Légion étrangère et de l’armée d’Afrique morts dans le Sud Oranais » est gravée sur le piédestal. Le 1er mai 1910, le monument est inauguré par Eugène Etienne, député d’Oran, ancien ministre de la guerre, entouré de cinq généraux. Parmi eux, le [[LYAUTEY Louis Hubert|Général Lyautey]].  
  
En 1962, la [[Légion Etrangère|Légion]] gagne la métropole et le monument est amené à Bonifacio.
+
En 1962, [[Légion Etrangère|la Légion]] gagne la métropole et le monument est amené à Bonifacio.
 
+
-----
______________________________________________________________________
+
SAÏDA (Cadran solaire de), : Sur la place centrale de Saïda, un cadran solaire de précision, construit en 1934, imaginé par un officier de Légion, conseille aux passants : « Fais comme moi, ne compte que les heures ensoleillées ».<br>
 
 
SAÏDA (Cadran solaire de), : Sur la place centrale de Saïda, un cadran solaire de précision, construite en1934, imaginé par un officier de Légion, conseille aux passants : « Fais comme moi, ne compte que les heures ensoleillées ».<br>
 
 
Txt CRY Lettre de M. Mousquère, datée du 8 juillet 1973.
 
Txt CRY Lettre de M. Mousquère, datée du 8 juillet 1973.
  
  
 
   
 
   
[[Bibliographie_%26_Sources | Sources]]
+
[[Bibliographie & Sources| Sources]]

Version du 29 janvier 2008 à 01:46

Saida

saida.gif
ALGERIE

Saida
Historique | Etat des lieux à l'arrivée des Européens | Etat des lieux à l'Indépendance
Plans de Saida | Médiathèque | Quartier Saida
Population | J'y ai vécu et je raconte | Bibliographie

saida.gif

Saïda Monument aux Morts.jpg

SAÏDA (Monument aux morts de), : En hommage à la mémoire de tous les militaires morts au cours de la colonisation, il fut décidé d’ériger sur la place de la mairie, un monument. La commande est exécutée par Robert Delandre, sculpteur normand, en 1908. Juché sur un piédestal, un officier au casque colonial, tient d’une main un drapeau. De l’autre, il pointe son épée vers un lion d’Afrique. L’inscription « Aux soldats de la Légion étrangère et de l’armée d’Afrique morts dans le Sud Oranais » est gravée sur le piédestal. Le 1er mai 1910, le monument est inauguré par Eugène Etienne, député d’Oran, ancien ministre de la guerre, entouré de cinq généraux. Parmi eux, le Général Lyautey.

En 1962, la Légion gagne la métropole et le monument est amené à Bonifacio.


SAÏDA (Cadran solaire de), : Sur la place centrale de Saïda, un cadran solaire de précision, construit en 1934, imaginé par un officier de Légion, conseille aux passants : « Fais comme moi, ne compte que les heures ensoleillées ».
Txt CRY Lettre de M. Mousquère, datée du 8 juillet 1973.


Sources