L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

RANDON

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.


Back.png Revenir

Jacques, Louis, César, Alexandre RANDON


Titre : Comte

Grand'croix de la Légion d'honneur le 24 décembre 1853

Grade :Maréchal de France le 18 mars 1856


Date de Naissance : 27 mars 1795

Lieu de Naissance : Grenoble (Isère)

Pays de Naissance : France


Date de décès : 15 janvier 1871

Lieu de décès : Genève

Pays de décès : Suisse


Présentation :
Maréchal de France, gouverneur général de l'Algérie
Faits marquants : Dates importantes :

Lieutenant général le 22 avril 1847

Ministre de la guerre du 24 janvier au 26 octobre 1851

Gouverneur général de l'Algérie du 11 décembre 1851 au 31 août 1858

Sénateur le 31 décembre 1852

Ministre de l'Algérie et des colonies du 14 juin 1858 au 5 mai 1859

Ministre de la guerre du 5 mai 1859 au 9 janvier 1867

Contexte :
[[RANDON RANDON (Général César, comte), : Né en 1795, issu du rang, dans la Grande Armée, il sert principalement dans les chasseurs.
Nommé maréchal de camp, il commande la subdivision de Bône, où il a sous ses ordres les légionnaires du 2e régiment de la Légion étrangère.  

Nommé ministre de la Guerre, il refuse de se prêter au coup d’Etat du Prince Président. Il quitte ses fonctions, mais, il est nommé gouverneur de l’Algérie quelques temps après, poste qu’il occupe jusqu’en 1858.

Sénateur, il termine sa carrière avec la dignité de maréchal de France. De nouveau nommé secrétaire d’Etat à la Guerre, puis ministre, il se retire de la vie publique en 1867.

Il prend sa retraite à Genève, où il décède le 13 janv. 1871. Il est inhumé au cimetière de Saint-Ismier dans l’Isère. | RANDON (Général César, comte), : Né en 1795, issu du rang, dans la Grande Armée, il sert principalement dans les chasseurs.

Nommé maréchal de camp, il commande la subdivision de Bône, où il a sous ses ordres les légionnaires du 2e régiment de la Légion étrangère.  

Nommé ministre de la Guerre, il refuse de se prêter au coup d’Etat du Prince Président. Il quitte ses fonctions, mais, il est nommé gouverneur de l’Algérie quelques temps après, poste qu’il occupe jusqu’en 1858.

Sénateur, il termine sa carrière avec la dignité de maréchal de France. De nouveau nommé secrétaire d’Etat à la Guerre, puis ministre, il se retire de la vie publique en 1867.

Il prend sa retraite à Genève, où il décède le 13 janv. 1871. Il est inhumé au cimetière de Saint-Ismier dans l’Isère.]]

Début de l'article