RUBATTINO Rafaelle

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : Navigation, rechercher

Sources.png Il est possible/souhaitable/utile de compléter les sources des données présentées.


Back.png Revenir

Rafaelle RUBATTINO

200 px

Entrepreneur et armateur


Date de Naissance : 10 avril 1810

Lieu de Naissance : Gênes

Pays de Naissance : Italie


Date de décès : 1881

Lieu de décès :

Pays de décès :


Présentation :
Rafaelle Rubattino est issu d'une famille aisée de négociants et financiers génois.

En dépit de ses amitiés avec J.Ruffini et surtout avec Cavour, ainsi que de ses sympathies pour le Risorgimento, il n'a exercé aucune activité politique officielle. Néanmoins on le considère comme le fondateur de l'armement naval italien moderne, et à titre connexe, comme l'inspirateur des ambitions coloniales italiennes apparues tardivement au XIXe siècle. L'appui qu'il a prodigué au mouvement garibaldien d'unité nationale n'aura pas été négligeable.

Faits marquants : Dates importantes :
  • 1833 Rubattino crée en association un service de poste entre Gênes et Milan
  • 1837 Création de la Compagnie Lombarde d'Assurance Maritime.
  • 1838 Il fonde une société de navigation dénommée Luchi-Rubattino, reliant Gênes Marseille, Livourne et Naples
  • 1841 Il crée et exploite un service de transport public traversant la ville de Gênes pour desservir la zone industrielle.
  • 1851 Sa Cie de navigation dispose de 4 navires.
  • 1854 Ouverture d'une liaison régulière Gênes/Sardaigne, après changement de dénomination de la Cie de navigation devenue Florio Rubattino qui exploite à présent 6 vapeurs,
  • 1869 Il projette une ligne régulière entre l'Italie et le Maroc, cherche à percer en direction du Moyen-Orient. L'ouverture du canal de Suez permet l'extension des lignes commerciales exploitées jusqu'en Abyssinie et dote l'Italie en Érythrée d'une solide base portuaire pour mener son expansion coloniale.
  • 1880 Rachat en 1880 de la Cie de trams exploitée en Tunisie entre le port de La Goulette et Tunis.
Contexte :

  • Contexte général

L'unité italienne est en cours de réalisation. Les derniers obstacles politiques tombent avec la défaite française de 1870 permettant l'intégration des territoires pontificaux.

Tandis que Gènes, ancienne thalassocratie, même affaiblie, semble poursuivre son expansionnisme sur la lancée dans ses traditions maritime et commerciale, l'ancienne Cité s'ouvre à l'industrialisation du XIXe siècle. Elle s'appuie efficacement sur des réseaux commerciaux déployés depuis les croisades dans le bassin méditerranéen.

Cette mutation dans la continuité va en partie façonner le visage de l'Italie moderne.

  • Contexte tunisien

Il illustre particulièrement les rivalités coloniales entre puissances européennes et traduit l'importance des enjeux économiques sous-jacents.

Les accords passés entre France et Angleterre, résultant de l'entente cordiale, réservaient à la France la colonisation de l'Afrique du Nord. Forte de ces accord, la France déjà appuyée par le succès de son intervention en Algérie, a déployé une intense activité diplomatique. Elle tendait à écarter et empêcher les vues italiennes sur les diverses entreprises dont l'ère industrielle et coloniale ouvrait les séduisantes perspectives, notamment en Tunisie.

Un groupe d'origine gênoise installé en Tunisie, les tabarquins, avait su établir des liens reposants sur l'estime, la confiance et la compétence, avec l'autorité ottomane. La connaissance du terrain de ces gens ajoutée aux maladresses diplomatiques françaises, ont favorisés le succès relatif de quelques entreprises italiennes.

Ainsi Rubattino a pu racheter en 1880 aux Anglais (concessionaires depuis 1871) au terme de forte surenchères, la concession de la ligne de T.G.M. reliant la capitale au port de la Goulette. Le consulat italien qui appuyait ce rachat, visait à terme la main mise sur la concession du port de La Goulette et l'élargissement de l'emprise économique italienne sur la zone.

L'intervention militaire française de 1881, et l'octroi à la France de la concession du creusement du nouveau port de Tunis ruinaient les espoirs de Rubattino par l'investissement stratégique, mais antiéconomique de la France. L'histoire et l'absence de rentabilité du T.G.M. amenèrent l'entreprise Rubattino dont le fondateur est décédé en 1881) à se désengager par une vente à des intérêts français en 1898,

Cette affaire du T.G.M. fit grand bruit à Tunis. L'Italie a tenté sans succès de compenser et contrer par des campagnes d'opinions discréditantes, la nette et insolente supériorité financière, voire militaire, de la France dans ses entreprises coloniales.

photo.png RUBATTINO Rafaelle Camera.gif audio.gif
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Aidez-nous !
Chantier
Accès direct
Rédacteurs
Les sites de NJ
Boîte à outils