L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

ALGERIE DOCUMENTATION LIEUX ROBERTVILLE

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.



Retour



ROBERTVILLE

ROVERTVILLE à 104 mètres d'altitude, est à 32 kilomètres de PHILIPPEVILLE et à 58 kilomètres de CONSTANTINE.

C'est un village coquet, abondamment pourvu d'eau par une canalisation captant une partie des sources de SIDI-DRISS, et qui est un très beau centre agricole et viticole. Ses oliveraies sont d'une richesse énorme, et dans toute cette région comme dans celle d'EL-ARROUCH, on compte plusieurs centaines de milliers d'oliviers, dont la majeure partie greffée est en plein rapport.

La gare se trouve à 2 kilomètres du village.

ROBERTVILLE est une commune qui a connu les heures les plus sombres de la conquête. Par deux fois la population entière fut anéantie par la malaria, ou le choléra, et le village détruit par des tremblements de terre.

Malgré cela les survivants, courageux et énergiques continuèrent leur labeur. Peu de familles anciennes subsistent cependant. La région de ROBERTVILLE a été mise en valeur avec une ténacité remarquable.

De beaux vignobles témoignent du succès de la culture. Les céréales de la région sont réputées et l'huile provenant des immenses oliveraies de son territoire est justement appréciée.

On trouve dans les environs de ROBERTVILLE des vestiges de fermes romaines qui démontrent que des colons avaient déjà exploité ces terres si riches.

Une route partant de ROBERTVILLE rejoint la route nationale de CONSTANTINE à PHILIPPEVILLE en passant par les crêtes et débouche au camp EL-DISS.

Les premiers actes officiels de la commune de ROBERTVILLE remontent en 1849.

Le camp fixe était commandé par M. Joseph FONTAINE, lieutenant du Génie et Directeur de la colonie, puis par Jean LABADIE lieutenant au 8ème de ligne - Joseph LE NEZER Sous-lieutenant au 20ème de ligne - Bernard DUFLAU, capitaine au 20ème de ligne - Joseph BENOIT, capitaine au 16ème de ligne - Lucien LEBAS, capitaine du Génie.

En juillet 1852, Mathieu LEGUILLIER est nommé Maire de la colonie agricole et remplit les fonctions d'officier de l'Etat-Civil.

Le 7 mai 1849, est enregistré le mariage du citoyen Alexandre GILLON, 23 ans, boucher, fils de Pierre, marchand de moutons et de dame Jeanne PIEDPLAT, demeurant au PUISAULT, commune de Geneviève-des-Bois, fille de ANCE cultivateur à ROBERTVILLE, née à Paris le 2 février 1829.

Le 2ème et dernier acte est celui de BRINEAU Firmin, 23 ans, cultivateur de Montmorenoy (Seine-et-Oise) et de Demoiselle COLIN Françoise, née à Lunéville le 8 mai 1825. Les naissances en 1849 s'élèvent à 8.

La première est du 5 février : celle de GUINOT Alphonse, puis viennent celles de VACHERET Auguste, fils d'Antoine, cultivateur et perruquier, VANDEVYVER Nestor, HERCELIN Alphonse, GERVAULT Jean Aimable, BEAU Théodore Athanase, LARIEUX Clémentine.

Les décès atteignent le chiffre de 38 en 1849.

Le premier est celui de RICHARD Augustine Robertvillette, du 19 janvier - le 4ème celui de MICHEL Gastonvin, 31 ans journalier né à Saint-Pierre (Sardaigne) - le 5ème celui de STOURNI Charles, 40 ans, maçon, né dans le canton du Tessin (Suisse) - le dernier du 5 décembre est celui de MORELLE Charles, caporal au 38ème de ligne, en détachement à ROBERTVILLE, âgé de 24 ans et originaire d'Obersebach (Bas-Rhin).

Pour montrer l'origine des premiers colons, d'après ces actes de décès, nous relevons : Côte d'Or 2 - Eure 1 - Vosges 1 - Paris 8 - Allier 1 - Isère 1 - Charente Inférieure 1 - Yonne 1 - Seine-et-Oise 1 - Marne 1.

En 1851 décès de VILLESANGE Marie née le 14 frimaire an XI et de GUILLAUME Paul né le 19 nivose an XIII, les doyens de la colonie.

On compte cette année 24 décès dont 13 enfants.

En 1851, le capitaine LEBAS signe l'acte de décès se son propre enfant Gaston - 20 décès dont 17 enfants.

En 1852, 33 décès dont 20 enfants

En 1853, 25 décès dont 16 enfants

En 1854, 24 décès dont 14 enfants

Parmi les signataires de tous ces actes, on retrouve les ancêtres des quelques colons qui ont persévéré dans leur tâche pénible et souvent douloureuse ce sont :

FOURNIER, SCHNEIDER, BUISSON, BARDE, LABERENNE, BALLANGER, DIDIER, MARMET, RAFFIN, BLANCHARD, CHABREAU, DURAND, CHEFFERT, DEIRIEU, GUIESSE, FONDECAVE, DAUDIER, CHABRAN, BRUN, FAURE, LABARTHE, BALANÇA, GODARD.

Texte d'Emile Ledermann (janv 1935) paru sur le site de Marcel-Paul Duclos