L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience MERCI

Historique Béja - Ville

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher





Ecu vide.gif
Tunisie drapeau.gif
TUNISIE

Béja Nom actuel : ?

Historique

Cadre fond.gif
Vise-rep.gif


Retour
Liste des Villes

Du temps des Romains elle s'appelait « Vaga » ce qui signifie : vache laitière et évoque également les ondulations des champs de blé telles des vagues. Malgré cela, l'on est enclin à penser que Vaccha ou Vaga est une dérive du nom Libyque ou phénicien de la ville.

Après la conquête Arabe , l'appellation actuelle (Baga) lui a été attribuée résultant vraissemblablement de l'anagramme du mot ainsi rendu plus facile à prononcer. Par ailleurs chez les Arabes on utilise également l'appellation : « Béja du Blé » ou « Béja de Kairouan » ou encore « Béja l'Africaine » pour ne pas la confondre avec « Béja de l'huile »: ville du Sahel Tunisien ou « Béja la Vieille » : à proximité de La Manouba ou encore « Béja l'Andalouse » au Portugal, actuellement.

L'histoire de Béja remonte loin dans le temps à l'époque libyque en tant que village agricole imposant, au début de l'ère Carthaginoise . Elle connut un essor urbain remarquable à l'époque de Massinissa étant régie par une assemblée de notables de la ville. Puis ce fut la gloire à son apogée sous Jugurtha (116_104 AV. J.-C. ). Il en fit un de ses lieux de résidence préféré et le plus important marché de céréales.

Mais elle entra dans l'anonymat de longues années jusqu'à ce que l'empereur Romain Septime Sévère lui donna le statut de Municipalité dirigée par un Conseil Sénatorial. Puis après les Vandales suivit la reconstruction par les Byzantins sous le règne de Justinien, reconstruction de ses remparts et de la citadelle dont les vestiges majestueux dominent encore le mont Aïn Ech-chèms. La ville redevint alors un centre stratégique d'importance vitale. Ce rayonnement se poursuivra pendant l'ère Aghlabide et Béja deviendra peu à peu la capitale de la région Nord Ouest avec à son commandement les représentants des « Beni Hamid » qui rénovèrent sa Kasbah, fortifièrent ses remparts, construisirent sa Mosquée et érigèrent des marchés. Ce fut la belle époque des plantations agricoles avec toute une variété de fruits et de cultures irriguées. elle connaitra cette même opulence au début de l'ère Sanhajide, réalisant de ce fait un essor économique record. Les Béjaois connurent alors un développement artisanal remarquable portant essentiellement sur le tissage et les broderies.

A l'ère Ottomane une garnison de Janissaires y prit attache laissant après elle toute une descendance.

Béja était redevenue une garnison bien protégée, un centre administratif d'importance et un marché agricole géré directement par un représentant du Bey.

  • Source Ville de Béja
1928


Image:Plan_Beja_1928.jpg