Antiquité - Numidie

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : Navigation, rechercher


De la Préhistoire au VIIe siècle Préhistoire | A la fin de la Préhistoire | Carthage | La Numidie | La Maurétanie | L'Afrique du nord et l'empire romain | Les Vandales | Les Byzantins




Le pays numide couvrait l'actuel Constantinois, les hautes plaines qui s'étendent entre l'Aurès au sud, le Hodna et la Petite Kabylie au nord. On considérait également comme numides les tribus berbères de l'actuelle Tunisie. Les Numides occupaient donc la partie orientale du Maghreb, les Maures la partie occidentale et les Gétules les confins sahariens. Jusqu'au III ème siècle avant notre ère, ils vivaient en nomades pasteurs (Numide = « oi Nomadev », ceux qui font paître en grec). Ils sont regroupés en de nombreuses tribus peu liées entre elles.

D’après Hérodote les relations commerciales se développèrent très tôt entre Phéniciens et Numides, favorisant ainsi la pénétration de la langue et de la culture puniques assez profondément dans le pays. Les Numides apprirent des Phéniciens les procédés agricoles et industriels de la fabrication de l'huile d'olive et du vin, l'exploitation et le travail du cuivre.

Sommaire

Naissance des royaumes

Au III ème siècle avant J.-C les tribus se fédèrent en deux royaumes,

  • celui des Masaesyles à l'ouest, entre la Mulucha (Moulouya) et Cirta (Constantine),
  • celui des Massyles, aux confins des territoires carthaginois.

Syphax, roi des Masaesyles domina tout le territoire de l'Algérie actuelle et choisit pour capitale Cirta, que son site naturel rendait presque inexpugnable.

Le royaume massyle était beaucoup plus petit. Syphax en entreprit la conquête et réduisit à une vie de proscrit Massinissa son roi.

Ce dernier allié de Scipion (l’Africain) bénéficia de la victoire romaine lors de la deuxième guerre punique. Son entrée par surprise à Cirta, en 203, mit fin au royaume masaesyle.

Massinissa

Maître de tous les pays situés entre la Mulucha et le territoire laissé à Carthage au nord-est de l'actuelle Tunisie, Massinissa régna plus d'un demi-siècle. Avant tout, il s'efforça de sédentariser ses sujets nomades. Les villes reçurent des constitutions inspirées de celles des cités puniques de la côte : elles furent administrées par des suffètes.

Massinissa, dit Tite-Live, proclamait que l'Afrique devait appartenir aux Africains, et non aux étrangers, qu'ils fussent romains ou phéniciens. La civilisation qui se développa dans son État devait cependant beaucoup à Carthage. Les inscriptions montrent un emploi simultané de la langue punique et de la langue libyque. Sur le plan religieux, l'influence carthaginoise fut profonde.

Massinissa demeura cependant fidèle à l'alliance romaine, ce qui lui permit d'accroître ses possessions vers l'est. En 162, il occupa la région des emporia des Syrtes (la Tripolitaine). En 153, il annexa une importante partie du territoire carthaginois. Carthage dut alors se défendre et son réarmement fut le prétexte que saisit Rome pour déclencher la troisième guerre punique (149-146) qui s'acheva par la destruction totale de la capitale punique.

A la mort de Massinissa, le royaume fut partagé entre ses trois fils. Rome veilla à l’équité de cette succession qui divisait les forces en présence. Cependant à la mort de ses deux frères, Micipsa réunifia autour de lui la Numidie.

Jugurtha

Rome, peu disposée à laisser se créer une puissance importante en Afrique (du Nord), imposa le partage du royaume entre les deux fils et le neveu du roi. Ce dernier, Jugurtha, s’empara par la force de toute la Numidie. Rome lui déclara la guerre. Elle dura sept ans, Rome y perdit six armées. Marius finit par s’emparer de Cirta (-106). Jugurtha fut emmené à Rome où il mourut en captivité

Juba et la fin du royaume numide

Divisé Le royaume numide fut confié à deux rois qui furent les dociles vassaux de Rome. L'un d'eux, Juba, qui régnait au milieu du Ier siècle sur la moitié orientale du pays, prit le parti des pompéiens réfugiés en Afrique et joignit ses forces aux leurs. La déroute des républicains d'Afrique après la bataille de Thapsus (46 avant J.-C.) lui fut fatale. César annexa son royaume à l'empire de Rome. Dans la partie centrale et occidentale de l'Afrique du Nord, le royaume vassal de Maurétanie devait survivre jusqu'au temps de Caligula.

Fin de l'indépendance numide. Malgré quelques soulèvements sporadiques, la romanisation fut profonde, comme en témoignent les nombreuses ruines de villes romaines trouvées dans le pays. La fidélité au culte punique de Baal-Saturne témoigne cependant du maintien, en Numidie, des traditions religieuses préromaines. De même la langue punique était encore parlée dans les campagnes au Ve siècle de notre ère.


Début de l'article
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Aidez-nous !
Chantier
Accès direct
Rédacteurs
Les sites de NJ
Boîte à outils