L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

DOVECAR Albert Légion Etrangère

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.
Revenir
DOVECAR Albert Origines Légion Etrangère Période O.A.S. Epilogue
DOVECAR Albert Légion Etrangère
Il est désormais l’engagé volontaire, DODEVAR Albert.

Après 15 jours à Marseille, il embarque pour l'ALGERIE le 15 Avril 1957, une nuit à ORAN, et rejoint Sidi-Bel-Abbes.

L’Instruction débute et les orientations des engagés volontaires se décident, Albert est musicien, il joue du piano à la perfection, son avenir est tout tracé. Après ses classes, il intègrera la prestigieuse musique du 1er Etranger.


Mais Albert DOVECAR veut être un soldat et il sera un soldat.

Au début, c’était très dur. Il ne parlait pas le français , et les sanctions tombaient à la moindre faute, à la plus petite faiblesse. Pourtant Albert DOVECAR s’intègre, s’adapte, résiste.

« J’étais venu à la Légion pour trouver une maison, une famille. »

Après six mois de classe, on demande des volontaires pour les parachutistes. DOVECAR se porte volontaire et à la base aérienne de Blida, il obtient son brevet parachutiste en Novembre 1957, sous le numero 132 494.

Albert DOVECAR est affecté au 1er R.E.P sous les ordres du colonel JEANPIERRE lorsqu’il arrive au camp de Zéralda, le Régiment est en opération dans le grand sud algérien. Désigné pour intégrer la 1ère Compagnie, il rejoindra ses camarades durant les terribles combats de GUELMA. La bataille des frontières au cours de laquelle le Lieutenant-Colonel JEANPIERRE perdra la vie.

dovecarsortie.jpg

Dans ce combat, le légionnaire Albert Dovecar, sera remarqué par un Lieutenant, le Lieutenant Roger Degueldre.

Affecté à la section de l’Adjudant STUWE, Albert DOVECAR découvre la guerre, voit ses premiers morts. Pourvoyeur au départ, c’est le lot de tous les nouveaux arrivants, il se fait rapidement remarquer par ses qualités de soldat, et s’affirme très vite comme un excellent combattant. Rapidement on lui retire son chargement de bandes de balles de A-A 52, son fusil MAS 36 pour lui confier une MAT 49.

Il est désormais voltigeur et légionnaire à part entière. A la fin des opérations de GUELMA, en mai 1958, "Bobby", puisque tel est son surnom est décoré de la croix de la Valeur militaire et obtient sa première citation. Le 12 mai 1959, il est blessé au combat. Durant 4 années , Albert DOVECAR va vivre intensément la vie de son Régiment. Obtient deux autres citations, en juillet 1959 et avril 1961 et retournera à Sidi-Bel-Abbes pour effectuer le peloton des gradés. Promu exceptionnellement caporal avant deux ans, afin de s’élever au grade de Sergent, 18 mois après et devenir ainsi le plus jeune sous-officier du Régiment.

Titulaire du certificat interarmes, il n’aura jamais la médaille militaire qu’il souhaitait ardemment. Les évènements en ont décidé autrement.

Il va connaître toutes les aventures du 1er R.E.P