L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Historique Akbou - Ville

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.




Ecu vide.gif
Algérie drapeau.gif
ALGERIE

Akbou Nom actuel : ?

Historique

Cadre fond.gif
Vise-rep.gif


Retour
Liste des Villes

 

Histoire ancienne

Selon l'historien Auguste Sabatier, Akbou est bâtie sur les ruines d'une ville romaine, engloutie depuis des lustres : Ausum, nom qui serait d'origine Kabyle, disent les anciens : Oussim.

Un autre historien, Sallustre, corrobore le fait et affirme l'existence d'une forteresse érigée au sommet du Piton, point stratégique de défense de l'ancienne ville, à Guendouza, qui est aujourd'hui, l'un des quartiers le plus peuplé d'Akbou.

Présence française

1830 - 1962 ALGERIE

Metz

Akbou est une création française, datant de 1874.

Le point le plus remarquable est la présence d'un mausolée d'époque romaine, attribué à la famille berbère romanisée de Firmus. Il se signale au milieu de la vallée de la Soummam.

C'est au tour du chérif Bou Baghla d'organiser le soulèvement de la Kabylie contre la conquête française.
En 1851, il l'inaugure par un coup d'éclat : l'attaque contre l'azib que possède Sî ibn Alî Sharîf, marabout de Chelatta, au bas de la vallée.

Les Français décident peu après la construction d'un bordj, maison forte et maison de commandement pour protéger le marabout et, à travers lui, asseoir leur autorité sur le pays.
Sî ibn Alî Sharîf a alors le commandement, en grande partie nominal, sur les Illoulen us-Sameur, les At Îdal et les Ouzellaguen.
Le marabout obtiendra plus tard le titre de Bachagha de la part des Français, qui sied mieux à son amour-propre.

Akbou, à la confluence topographique et stratégique de la Soummam et de son affluent le Bousselam, fait partie du deuxième épicentre de l'insurrection de 1871.
Celle-ci commencée dans la Medjana, sous la direction du Bachagha Mokrani, trouve un puissant relais à Seddouk, sous l'autorité de Cheikh El-Haddad, alors le personnage le plus en vue de la confrérie religieuse des Rahmaniya en Kabylie. En effet, Seddouk fait alors partie du commandement de Sî ibn Alî Sharîf, dont le rôle dans le déclenchement de l'insurrection reste controversé et jamais mis au clair avec netteté. En tout cas, avec les premières opérations, il se réfugie dans son bordj.

Les troupes françaises matent l'insurrection. Les terres de la vallée de la Soummam sont confisquées aux rebelles et rattachées au Domaine.

C'est ainsi que s'élève bientôt un centre de colonisation qui prend le nom de Metz, pour accueillir des colons, dont certains viennent d'Alsace-Lorraine.

Akbou est alors érigé en chef-lieu de la commune-mixte, qui prend son nom.

C'est de là que date l'essor d'Akbou, qui jusqu'alors n'avait aucune importance réelle, ni démographique, ni politique.

Akbou dirige désormais la Haute-Soummam. Les Français privilégient la plaine fluviale pour y attirer les populations et contrôler les montagnes environnantes.

En 1883, Metz devint Akbou dont l'étymologie décrirait mieux la colline ou le mont.

Recherches généalogiques