L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Historique Guellala - Ville

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.




Ecu vide.gif
Tunisie drapeau.gif
TUNISIE

Guellala Nom actuel : ?

Historique

Cadre fond.gif
Vise-rep.gif


Retour
Liste des Villes


Situation

Guellala en berbère Iquallalen , est une ville de la TUNISIE à majorité berbérophone.
Riche en gisements d'argile, elle est située dans le sud de l'île de Djerba.
Cette petite ville est célèbre pour ses poteries depuis plusieurs siècles voire millénaires.

Le monticule, appelé Dhahret Guellala, est le point culminant de l'île (54 mètres).

Histoire ancienne

L'exploitation de la pâte d'argile remonte ainsi à l'époque du Néolithique. Elle s'est enrichie par la suite grâce à l'influence des civilisations punique, romaine, chrétienne, musulmane, turque, persane et italienne qu'a connu la Tunisie.

À l'époque de la domination carthaginoise, la ville de Haribus, située à l'ouest de l'actuelle Guellala, est un comptoir important. La production de poterie prospère sous les Romains, en particulier celle de grandes jarres pour l'exportation d'huile d'olive servant notamment à l'illumination de la Rome antique. Le besoin en contenants pour le transport et le stockage des produits de l'agriculture est à l'origine de cette activité qui est connue à Guellala au moins depuis l'époque romaine.


Présence française

  • 1881 12 mai : Signature du Traité du Bardo instaurant le protectorat Français
  • 1956 20 mars : Fin du protectorat - Indépendance.



En 1950 la ville comptait 500 potiers

Fabricant de Poterie











Le docteur Lucien Bertholon (Metz en 1854 et décédé en 1914), Médecin militaire puis civil, il occupe plusieurs fonctions importantes dans le Protectorat. Fondateur de l'Institut de Carthage et de la Revue tunisienne, la majorité de son œuvre est consacrée à l'anthropologie Berbère : « pense que la poterie djerbienne a subi entre le troisième et le deuxième millénaires avant Jésus-Christ une influence égéenne qui s'est traduite par l'introduction du tour, puis entre 1500 et 1300 avant Jésus-Christ une influence cypro-carienne qui a été à l'origine des fours des potiers ; ainsi pense-t-on que les ancêtres des potiers de Guellala aient commencé à travailler l'argile il y a quatre ou cinq mille ans. Les moyens employés, les procédés de fabrication et les objets produits n'ont guère évolué depuis la préhistoire ».


Georges Duhamel (Paris 30 juin 1884 et mort à Valmondois le 12 avril 1966) écrivain et poète français,désigne les potiers de Guellala comme « les dieux de l'argile » dans Le Prince Jaffar ( éd. Mercure de France, Paris, 1924) et en parle ainsi :

« J'ai cherché des poètes. J'ai trouvé des potiers. Nul métier ne fait mieux penser à Dieu, à Dieu qui forma l'homme du limon de la terre... Sur tous les chemins de Djerba, entre les remblais sablonneux, crêtés de petits agaves pourpres, circulent des chameaux, portant un faix énorme et vain : la grosse grappe de jarres sonores. Que s'élève la brise favorable et vous verrez cingler vers les ports du continent plus de vingt balancelles, chargées jusque sous la voilure : c'est la vendange de Guellala qui voyage au péril des eaux, les beaux fruits d'argile, les poteries non vernissées... »

Aujourd'hui

La petite ville abrite le Musée des arts et traditions populaires de Djerba situé sur la colline constituant le point culminant de l'île.

Guellala organise annuellement un festival de la poterie.

Liens externes