L'ENCYCLOPEDIE de l'AFN est en maintenance et se modernise, patience si vous tombez sur une anomalie, MERCI

Historique Tixter - Ville

De 1830-1962 ENCYCLOPEDIE de L'AFN
Aller à : navigation, rechercher
Tous les documents de ce site sont libres d'accès, leur utilisation doit faire mention de l'origine.




Ecu vide.gif
Algérie drapeau.gif
ALGERIE

Tixter Nom actuel : ?

Historique

Cadre fond.gif
Vise-rep.gif


Retour
Liste des Villes

 


Situation géographique

Tixter doit son nom à un Oued qui prend naissance à 3 km au Sud-est.

La création d'un hameau industriel à la gare de Tixter, en 1892, située sur le chemin de grande communication N° 38 de Tocqueville à Aïn-Tagrout à 15 km à l'Ouest de Sétif est envisagée en 1903, à 1100m d'altitude

Présence française

1830-1962 ALGERIE

Le 15 octobre 1903, l'Administrateur des Rhiras rédige un rapport d'où il résulte qu'après examen appronfondi de la question et de la visite des lieux que l'on pourrait installer sur ce point 5 à 6 fermes de 80 à 90 ha environ et former 10 lots industriels d'une superficie de 0,30 à 0,40 ares aux abords de la gare


Problème de l'eau

La difficulté qui se présente, est d'asurer l'alimentation en eau potable de la gare. Le Sieur Couderc qui s'est fixé sur ce point à creusé un puits et a trouvé une eau excellente à 14 mètres de profondeur. En conséquence les lots peuvent être alimentés par un puits muni d'une pompe avec fontaine et abreuvoir.

Le territoire de Tixter n'a pas été habité jusqu'ici que par le personnel de la gare et de la famille Couderc.

Le climat est sain, Tocqueville situé à 14 km est relié deux fois par jour par un service de voiture, la route Nationale d' Alger à Constantine à 9 km.

Une fois amenagée, la source d'Aïn-Toussit peut fournir une quantité d'eau suffisante pour les besoins domestiques et les animaux.

Le Centre dont il s'agit peut-être composé de 10 lots à bâtir à vendre à des commerçants et de 5 à 6 fermes de 80 à 90 ha, à allotir aux environs.


Accord du Gouverneur

Le 30 novembre, le Gouverneur général donne son accord pour la réalisation du hameau.
Son périmètre sera formé au moyen de parcelles domaniales de 166,26 ha et de terres collectives de culture que la Djemâa du douar Bled Larbaa s'est montré disposé à céder à l'Etat en échange de terres domaniales situées dans le même douar et dans celui des Ouled Mosly.
Afin d'indemniser les Indigènes de leur déplacement, de larges compensations leurs sont accordées, en règle générale elles sont d'un tiers environ de terres supplémentaires.

Un employé des chemins de fer, M. Couderc, fonda alors le premier commerce du village. Marié, chargé de famille, il obtint un lot dans la partie Est où devait être édifié le futur Centre. Il construit une petite maison abritant outre son habitation, un café, une épicerie, vins en gros.

Premiers colons

Le périmètre de colonisation établi, les lots de 75 ha de terres, tufs, terres blanches de maigre qualité furent adjugés aux premiers arrivants en 1904 : Meunier, Richaud Pierre, Weigel Henri, Farlin Paul, France, Terrasses, Charles, Boumandhou. En 1907 un autre arrivage.

Des lots de jardins ainsi qu'un bureau de Facteur-Receveur sont créés.

Aménagements de canaux d'irrigation et création définitive des lots de jardins en 1908.

Le 25 septembre, le projet d'acte établi par le Service des Domaines en vue de constater les cessions à l'Etat, par les Djemâas des douars Bled Larbaa, des Ouled Mahalla et de Guebelt S'Dim, des terrains nécessaires à la création du hameau routier de Tixter, est soumis à la signature du Président de la République.


Tixter s'aggrandit

  • En 1910 : Création d'une Mairie-Ecole, d'une poste.
  • En 1912 : la population est de 67 Européens et de 152 Indigènes.
  • En 1919 : Construction d'un mur d'enceinte du cimetière.
  • De 1954 à 1959 ; Plan spécial d'aménagement communal = Construction d'une Mairie, d'un Bureau de Poste, d'un Centre de Santé AMC, construction d'une conduite d'au de 6 Km de longueur avec château d'eau et des fontaines, goudronnale des routes, aménagement d'un square, construction d'un silo à grains, aménagement des aiguillages de la Gare.

Commune de plein exercice

Le Centre rattaché administrativement à la commune mixte des Rhiras à Colbert, passe ensuite aux Maâdid jusqu'en févier 1957 date à laquelle le partage de la commune mixte des Maâdid par l' Administrateur Echentouner, homologué par Robert LACOSTE, gouverneur Général, classe Tixter en commune de plein exercice avec le territoire des douars Larbaa et Mosly

Le 21 septembre 1958, le Maire Mr Roger Renard, agriculteur président de la CGA et des SAP invite pour l'inauguration de le nouvelle Mairie.

En 1960, le nombre d' Européens résidant sur la commune est de 77.

Minerais de phosphates

Le centre de Tixter était le point de départ des mineraies de phosphates, extraits des gisements, dits de la mine Anglaise, à 12 kms au sud-Est, à l'Est du kef el Naga et aussi des calamines extraites de la mine d' El Adra, situés à 6 kms de Saint Rames.
Le trafic ferroviaire important, la gare est dotée d'un pont bascule double, le plus grand du département de Constantine et d'un système important de plaques tournantes.

La Société des phosphates a construit pour ses besoins, sur le mamelon à l' Est du village, une véritable petite gare, avec de nombreux aiguillages, plaques tournantes, quai de déchargement .

La Société des mineraies de zinc avait édifié un grand baraquement, situé sur la bande de terre, entre la route et l'emprise des chemins de fer.

  • Source : Les villages des Hauts Plateaux Sétifiens